• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Prélèvement à la source : les artisans et les petites entreprises dénoncent une charge de travail supplémentaire

Fabrice Bugeaud, à la tête d'une société de 8 salariés en Dordogne, dénonce une charge de travail supplémentaire que les entreprises devront faire à la place de l'Etat. / © P. Tinon/F3Aquitaine
Fabrice Bugeaud, à la tête d'une société de 8 salariés en Dordogne, dénonce une charge de travail supplémentaire que les entreprises devront faire à la place de l'Etat. / © P. Tinon/F3Aquitaine

"Qu'on nous laisse faire notre travail !". C'est une phrase qui revient dans toutes les conversations avec les chefs de très petites entreprises. Le prélèvement à la source sera pour eux une charge en plus. Ils devront l'effectuer gratuitement pour le compte de l'Etat. Beaucoup font la grimace. 

Par CA

"On collecte pour l'Etat et gratuitement, est-ce vraiment notre travail? Est-ce vraiment notre rôle?"  interroge, amère, la propriétaire d'un salon de coiffure à Périgueux.

Patricia Faurie a décidé de demander à son comptable de se charger du prélèvement à la source de ses salariés. "C'est lui qui s'en chargera car j'ai peur de faire des erreurs, de mal collecter, de mal retranscrire" nous dit-elle. Et ce travail qu'elle va déléguer, elle devra bien-sûr le payer.

"C'est encore une charge de travail supplémentaire qu'on nous demande de faire, je pense qu'il faut laisser les entreprises faire juste leur travail" s'agace Fabrice Bugeaud, plombier chauffagiste à la tête d'une société de huit salariés à Hautefort, en Dordogne.

Ce chef d'entreprise se dit aussi inquiet des répercussions qu'auront les nouvelles fiches de paie sur ses relations avec ses employés. "On nous demande de retenir de l'argent sur la fiche de paie de nos salariés. Ca peut générer des tensions". D'autant que personne n'est à l'abri d'une erreur.
 

"Gérer les feuilles d'impôt, c'est pas notre boulot !" (Capeb)


La CAPEB, la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, a lancé une pétition en ligne, "Chacun son Job", pour demander la simplification du dispositif .

Le syndicat réclame aussi une compensation des coûts de gestion et une protection juridique des employeurs. 
 

Le prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source doit être "revu et corrigé pour en réduire l’impact sur les entreprises de proximité" explique le syndicat, "il n’est jamais trop tard pour en modifier les modalités".
 
"Les chefs d’entreprise n’ont pas vocation à être collecteurs d’impôt à la place de l’État, ni à en supporter les coûts humains et financiers" argumente t-il encore.

Le prélèvement à la source doit débuter au 1er janvier 2019.

Dans le reportage qui suit, des artisans périgourdins livrent leurs inquiétudes sur ce nouveau dispositif qu'ils devront intégrer aux fiches de paie de leurs employés.
 
Prélèvement à la source : les artisans dénoncent une charge de travail supplémentaire
"Qu'on nous laisse faire notre travail !". C'est une phrase qui revient dans toutes les conversations avec les chefs de très petites entreprises. Le prélèvement à la source sera pour eux une charge en plus. Ils devront l'effectuer gratuitement pour le compte de l'Etat. Beaucoup font la grimace. Reportage et réactions en Dordogne - B.Ardouin/P.Tinon

Sur le même sujet

les gilets jaunes mobilisés dimanche 18 novembre

Les + Lus