Dordogne : des cèpes comme s'il en pleuvait à Saint-Saud-Lacoussière !

Ils se sont fait attendre, mais ont fini par arriver. Les cèpes de Dordogne étaient présents en nombre au point qu'un deuxième marché a été programmé ce lundi à Saint-Saud Lacoussière, au nord du département
Des cèpes en quantité en cette mi-octobre
Des cèpes en quantité en cette mi-octobre © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Pascal Tinon
Des amateurs et revendeurs venus sous la halle en nombre ce lundi s'emparer des cageots...
Des amateurs et revendeurs venus sous la halle en nombre ce lundi s'emparer des cageots... © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Pascal Tinon
Le premier marché aux cèpes de Saint-Saud-Lacoussière, vendredi, avait déjà permis de commercialiser 400 kilos du goûtu boletus. Un champignon qui sait se faire attendre, mais qui peut aussi pousser en grand nombre si les conditions sont réunies.
Les précieux champignons sont évalués, et leur prix change selon la qualité, les plus jeunes étant souvent plus prisés
Les précieux champignons sont évalués, et leur prix change selon la qualité, les plus jeunes étant souvent plus prisés © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Pascal Tinon
Et c'était le cas ce week-end, au point que les stocks (421 kilos) ont permis à la commune d'ouvrir à nouveau les étals ce lundi. Et à nouveau, s'échangeant entre une quinzaine et une vingtaine d'euros le kilo selon la maturité, les caisses de champignons ont rapidement renflouées les caisses des apporteurs. 
Comme pour les marchés aux bestiaux, les habitués et les marchands n'aiment pas trop communiquer sur les tarifs réels pratiqués au final. C'est une affaire qui se passe entre connaisseurs
Comme pour les marchés aux bestiaux, les habitués et les marchands n'aiment pas trop communiquer sur les tarifs réels pratiqués au final. C'est une affaire qui se passe entre connaisseurs © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Pascal Tinon
Le mode opératoire est toujours le même à Saint-Saud-Lacoussière, strictement respecté. Les champignons sont disposés une heure avant le top-départ officiel de l'échange. Les acheteurs peuvent estimer la récolte, et se préparer à l'achat. 
Certains revendeurs viennent "faire le plein" sur place pour exporter, notamment dans les métropoles avoisinnantes
Certains revendeurs viennent "faire le plein" sur place pour exporter, notamment dans les métropoles avoisinnantes © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Pascal Tinon
Mais interdit de commencer avant que la cloche ne retentisse, donnant le signal de la ruée vers les stands. Encore une fois ce lundi, les champignons sont tous partis, en quelques minutes. 
Appétissants, non ?
Appétissants, non ? © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Pascal Tinon
Pour pouvoir vendre sa récolte, le vendeur doit être propriétaire d'au moins trois hectares de forêt et adhérer à l'association Cèpe du Périgord.
L'association Cèpe du Périgord veille à proposer des cèpes dont la récolte se fait en respectant la durabilité de la ressource
L'association Cèpe du Périgord veille à proposer des cèpes dont la récolte se fait en respectant la durabilité de la ressource © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Pascal Tinon
Une manière de réguler un marché où la tentation de l'excès ne manque pas, certains opportunistes pouvant être tentés de "râtisser" les environs par appât du gain.
Début de la saison des cèpes au marché de Saint-Saud-Lacoussière ©France 3 Périgords
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
terroir culture culture régionale gastronomie