Vaccins : la logistique de crise de la pharmacie hospitalière de Périgueux

Depuis janvier, la pharmacie de l'hôpital de Périgueux a été le centre névralgique de la vaccination du département. Il a fallu mobiliser le service pour organiser la vaccination en composant entre la demande et des stocks fluctuants. 245 000 doses de vaccin Pfizzer sont passées par ses services

245 000 doses de vaccin Pfizzer sont passés par la pharmacie de l'hôpital de Périgueux
245 000 doses de vaccin Pfizzer sont passés par la pharmacie de l'hôpital de Périgueux © France 3 Périgords - Émilie Bersars & Bertrand Lasseguette

Charge supplémentaire

C'est le Centre Hospitalier de Périgueux qui a réceptionné, préparé et livré les précieuses doses de vaccin depuis le début de l'année. Et plus précisemment le personnel de la Pharmacie de l'hôpital. Un service qui a dû s'adapter à cette nouvelle demande tout en absorbant les besoins spécifiques des malades du Covid et en conservant son rôle habituel de préparation des médicaments destinés aux patients des différents services.

Distribution dans tout le département

Un stock à gérer pour son propre centre de vaccination, mais aussi pour les 8 autres centres, les Services de Soins de Réhabilitation, les Ehpad privés, les cliniques et maisons de santé du département. En tout, 45 lieux de livraison différents dans le département qui ont fait l'objet de tournées de chauffeurs de l'hôpital. 

Les contrôles sont répétés à deux personnes pour plus de sécurité
Les contrôles sont répétés à deux personnes pour plus de sécurité © France 3 Périgords - Émilie Bersars & Bertrand Lasseguette

Tout au long de la crise et jusqu'à ce jour ce sont 35 000 flacons de vaccin Pfizzer qu'il a fallu préparer. Chaque flacon permettant de vacciner 6 à 7 personnes, la pharmacie a ainsi préparé 245 000 doses de vaccin Pfizzer avant de les redistribuer. Des doses auxquelles la pharmacie veille aussi à ajouter le matériel nécessaire à l'injection, seringues, aiguilles, ou encore sodium pour diluer le vaccin.

La traçabilité a été particulièrement surveillée. Pour chaque commande expédiée, des dispositifs de double-contrôle, à deux personnes, ont été mis en place afin de sécuriser toutes les livraisons. Nombre de vaccins à distribuer, numéro de lot, date de péremption, tout est répertorié sur des bons de traçabilité édités via un logiciel dédié.

Chaîne du froid

Le tout, en veillant à ne pas rompre la chaîne du froid qui garantit la bonne conservation des vaccins particulièrement sensibles aux changements de température.

Les vaccins Pfizzer ont été conservés à - 80 ° grâce au super-congélateur de l'hôpital, le seul du département
Les vaccins Pfizzer ont été conservés à - 80 ° grâce au super-congélateur de l'hôpital, le seul du département © France 3 Périgords - Émilie Bersars & Bertrand Lasseguette

C'est pour cette raison notamment que toutes les doses de vaccin Pfizzer du département devaient obligatoirement transiter par le centre hospitalier. Il était le seul à posséder le "super-congélateur" capable de conserver ce vaccin à -80°, le temps d'organiser sa distribution. Depuis deux semaines, le temps de conservation du Pfizzer passé de 5 jours à 31 jours a permis de réduire le nombre de tournées de distribution à une seule fois par semaine au lieu de deux.

Les besoins générés par la vaccination et le Covid se sont ajouté à ceux habituels demandés par les services de l'établissement
Les besoins générés par la vaccination et le Covid se sont ajouté à ceux habituels demandés par les services de l'établissement © France 3 Périgords - Émilie Bersars & Bertrand Lasseguette

Même si la situation semble s'améliorer, le dispositif qui a été mis en place est appelé à perdurer pendant l'été et probablement jusqu'à l'automne afin de répondre à la demande de tous les périgourdins souhaitant se faire vacciner.

La pharmacie de l'hôpital de Périgueux, centre névralgique du plan de vaccination ©France 3 Périgords

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société