L'école pendant le déconfinement : des situations insolites en Limousin

Les protocoles sanitaires imposés pour la reprise de l'école depuis le déconfinement créent parfois des situations originales dans certaines petites communes : élus mobilisés pour emmener les enfants à la cantine, école accueillant un seul élève... Quelques exemples en Limousin.

Depuis le Coronavirus, beaucoup de choses ont changé à l'école.
Depuis le Coronavirus, beaucoup de choses ont changé à l'école. © MaxPPP - La Montagne - Stéphanie Para
Une chose est sûre : l'école d'aujourd'hui n'est pas l'école d'hier. Dans tous les établissements scolaires qui ont rouvert, pour certains progressivement, depuis le 11 mai 2020, la transformation est radicale. Un maximum de 15 élèves par classe (voire 10 en maternelle), des enseignants masqués, des distances à respecter, un sens de circulation, des lavages de mains incessants, des jeux en récré sans se toucher... Bref, du jamais vu.
 


Des élus mobilisés

Dans certaines communes, notamment en zone rurale, le protocole sanitaire crée des situations parfois insolites.

Ainsi à Peyrilhac, petite commune de 1200 habitants au nord-ouest de Limoges, les élus municipaux donnent de leur personne pendant la pause déjeuner.
La cantine située au sein de l'établissement scolaire est fermée pour cause de travaux. Ceux-ci ont pris un peu de retard pendant le confinement. Du coup, c'est à la salle des fêtes, à 400 mètres de l'école, que les enfants vont manger.

Les 35 élèves ayant repris l'école (sur un effectif de 110) sont répartis en 5 groupes, dans 5 classes différentes, pour respecter les mesures sanitaires.
Les groupes ne doivent pas se croiser, et se rendent donc séparément à la salle des fêtes pour le déjeuner.
Il faut cinq adultes différents pour les accompagner, contre trois en temps normal.
Ainsi, c'est le premier magistrat de la ville et l'un de ses adjoints, tous deux retraités, qui se sont proposés pour accompagner chacun un groupe.

Cela nous bloque un peu entre 12h et 13h20, heureusement il n'y a pas trop de visioconférences organisées à cette heure-là pour la mairie. Mais c'est agréable, on mange avec les enfants, on les sert, et après on les emmène se promener un peu dans le bourg ou dans le petit bois à côté. Ils sont contents ! - Claude Compain, maire de Peyrilhac

Monsieur le maire de Peyrilhac et l'un de ses adjoints encadrant deux groupes d'élèves pour les emmener à la cantine.
Monsieur le maire de Peyrilhac et l'un de ses adjoints encadrant deux groupes d'élèves pour les emmener à la cantine. © Claude Compain



Un seul élève dans l'école


Autre situation originale dans une commune rurale de l'Est de la Creuse.
L'unique maîtresse de l'école maternelle a rouvert les portes de l'établissement le 25 mai pour un seul élève !

En temps normal, cette institutrice - qui souhaite rester anonyme - accueille 20 élèves sur 4 niveaux différents (de la toute petite section à la grande section).
En commun accord avec la mairie, il a été décidé que, dans un premier temps, seules les grandes sections reprendraient le chemin des classes. 
Potentiellement, six élèves étaient concernés, deux ont émis le souhait de revenir, mais l'un d'eux a été contraint par les transports scolaires qui n'étaient pas prêts à reprendre du service.
Résultat : un seul élève était présent dans l'école ces lundi 25 et mardi 26 mai !

J'avais vraiment peur qu'il s'ennuie. Mais en fait, il était ravi d'avoir sa maîtresse et son Atsem pour lui tout seul !

Dès la semaine prochaine, l'institutrice devrait accueillir 4 élèves, de moyenne et grande section. Mais l'organisation s'apparente à un casse-tête : quatre niveaux scolaires à gérer, à la fois à l'école et à distance...

J'ai fait le choix d'être à l'école trois jours et de garder une journée pour préparer tout le travail à distance pour les enfants restés à la maison. Mais certains parents ne comprennent pas, ils ne se rendent pas compte du travail à effectuer. C'est très chronophage. Heureusement que c'est la fin de l'année !

Dans cette école, comme dans beaucoup d'autres, les tous petits et les élèves de petite section ne reprendront pas, car il a été jugé trop difficile de leur faire respecter les mesures sanitaires. Quoi qu'il arrive, les effectifs à l'école ne devraient donc pas exploser... 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société éducation insolite
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter