L'Elysée s'engage à commander sa porcelaine uniquement en Haute-Vienne

L'Elysée s'engage désormais à faire fabriquer ses produits dérivés en porcelaine par des entreprises de Haute-Vienne bénéficiant de l'Indication Géographique (IG). Une décision prise après le pataquès autour des mugs à l'effigie du Président qui devaient à tort être estampillés Limoges.

© France 3 Limousin
L'Élysée a confirmé dimanche 16 septembre 2018 à Alain Mouly, président de l'Union des fabricants de porcelaine de Limoges et à la rédaction de France 3 Limousin qu'il ferait désormais appel aux porcelainiers de la Haute-Vienne pour ses produits dérivés. 

La Présidence de la République cessera de travailler avec la société "Mug in France", qui avait fait fabriquer des mugs estampillés à tort "porcelaine de Limoges" destinés à la boutique de produits dérivés ouverte samedi 15 septembre 2018 par l'Élysée à l'occasion des journées du patrimoine. Ces mugs n'étaient pas fabriqués à Limoges mais ailleurs puis décorés à Toulouse, comme l'a révélé France Bleu Limousin

Prévenu avant de les envoyer au Palais présidentiel, "Mug in France", basée en Dordogne, les avait immédiatement remplacés par d'autres siglés "porcelaine française". Les mugs fautifs n'ont donc pas été mis en vente dans la cour de l'Élysée, ni dans la boutique en ligne qui propose une cinquantaine de produits dérivés afin de contribuer à financer la rénovation du palais. 


L'ELYSEE FAIT SON MEA CULPA


Un épisode qualifié de "croquignolesque" par Alain Mouly qui se réjouit que l'Elysée fasse désormais appel aux fabricants de la Haute-Vienne. Un engagement pour l'avenir bien confirmé par un coup de fil à la rédaction de France 3 Limousin d'Anthony Porcheron, attaché de presse de l'Elysée : "Nous recherchons des fabricants 100 % Limoges" nous a-t-il indiqué. Une bonne nouvelle pour les professionnels qui attendent déjà certainement la commande présidentielle...

 
REACTION D'ALAIN MOULY APRES "L'AFFAIRE" DES MUGS DE L'ELYSEE ©F3 Limousin
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
porcelaine de limoges culture patrimoine emmanuel macron politique