Environnement : faut-il s'inquiéter de la pollution de l'air en Nouvelle-Aquitaine ?

En Nouvelle-Aquitaine, la pollution de l’air préoccupe une grande partie des habitants selon une étude d’Atmo réalisée en juin 2021. Ces inquiétudes sont-elles justifiées ? On fait le bilan sur la pollution de l’air dans la région.

Et vous, êtes-vous satisfait de la qualité de l’air de votre lieu de vie ? Selon une étude d’Atmo Nouvelle-Aquitaine, l’observatoire régional de l’air en Nouvelle-Aquitaine, 69 % des Néo-Aquitains sont satisfaits par la qualité de l’air de leur commune. Cependant, 7 habitants sur 10 se disent préoccupés par la pollution de l’air. Une inquiétude qui concerne surtout les citadins (75 %), confrontés quotidiennement à cette problématique.

Une bonne qualité de l'air en Nouvelle-Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, le dernier pic de pollution majeur date du 26 février 2021 selon les données d’Atmo. Sept départements (la Vienne, la Corrèze, la Creuse, la Dordogne, les Landes, les Pyrénées-Atlantiques et la Haute-Vienne) étaient alors en vigilance pollution.

Le 2 avril 2021, un nouveau pic de pollution a été détecté, touchant cette fois le département des Pyrénées-Atlantiques seulement.

En 2020, la Nouvelle-Aquitaine a connu 3 journées où une procédure préfectorale liée à la pollution de l’air a été déclenchée sur au moins un département.

Atmo, observatoire régional de l'air

Des alertes finalement peu nombreuses qui témoignent de la qualité de l’air dans la région, l’impact des multiples confinements ayant aussi eu leur rôle. D’autant plus que certaines communes œuvrent en faveur de la qualité de l’air. En effet, l’aspect écologique de la prochaine limitation de vitesse à 30km/h dans les communes de Limoges (octobre 2021), Tulle (décembre 2021) et Bordeaux (2022) n’est pas négligeable. Cette mesure limite les accélérations et ainsi, le rejet de particules fines dans l’air.

La pollution de l'air plus importante en intérieur

Selon l’étude d’Atmo, 63% des Néo-Aquitains sont prêts à agir et à améliorer leur comportement sur la qualité de l’air et à notamment aérer plus régulièrement leur logement. Une pratique anodine, mais en réalité très importante. Car peu de personnes en ont conscience, mais l’air intérieur est davantage propice aux allergènes et aux polluants. 

L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur estime en effet que l’environnement est 5 à 10 fois plus pollué dans des lieux clos qu’à l’extérieur. Or, en moyenne, nous passons 80 % de notre temps à l’intérieur. Il est ainsi conseillé d'aérer 20 minutes le matin et 20 minutes le soir.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement pollution