• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Gilets jaunes : de lourdes conséquences pour les commerçants dans le Limousin

À Brive, le rideau d'une poissonnerie est resté fermé mardi 20 novembre. Une affiche explique que le commerce n'a pas pu ouvrir à cause de la mobilisation des gilets jaunes. / © Denis Adam de Villiers / France 3 Limousin
À Brive, le rideau d'une poissonnerie est resté fermé mardi 20 novembre. Une affiche explique que le commerce n'a pas pu ouvrir à cause de la mobilisation des gilets jaunes. / © Denis Adam de Villiers / France 3 Limousin

Le mouvement des gilets jaunes, commencé samedi 17 novembre et qui dure depuis quatre jours, n'est pas sans conséquence pour certains commerçants limousins qui observent des retards d'approvisionnement, des pertes de clients et donc un manque à gagner.  

Par Aurélia Abdelbost

La multiplication des barrages mis en place depuis samedi 17 novembre dans le Limousin pèse sur l'activité économique des commerçants et des grandes surfaces. Les clients sont moins nombreux à passer le pas de la porte et les livraisons arrivent avec du retard.

"Si le blocage dure encore, ça va être très compliqué"

Un constat observé par Olivia Barthélémy, gérante d'un magasin de cheminées qui se trouve à proximité du rond-point de La Valoine, encore bloqué ce mardi 20 novembre. Elle n'a vu passer que deux clients depuis samedi 17 novembre. "L'impact est d'abord au niveau du passage en magasin. Nous n'avons pas eu de clients samedi 17 novembre étant donné que la circulation était complètement bloquée aux alentours. En ce qui concerne les livraisons, nous avons peur de ne pas être acheminés en temps et en heure", souligne-t-elle.

"Si le blocage dure encore plusieurs jours, ça va être très compliqué", poursuit la gérante qui s'inquiète de ne pas pouvoir assurer la pose des cheminées et poêles de ses clients comme prévu. Son collègue, Jordan Frugier, qui est commercial, est également inquiet : "J'ai un salaire de base avec des commissions, donc s'il n'y a pas de clients je perds vraiment sur ma paie", explique-t-il.

Dans la zone nord de Limoges, une trentaine de manifestants a repris le blocage, mardi 20 novembre, du rond-point de Family Village. L'accès à la zone commerciale qui compte près de 30 boutiques est donc difficile. Cédric Charles-Lavauzelle, restaurateur au Café Madelaine déplore : "Il n'y a pas beaucoup de monde, on doit jeter tous les jours". Il ajoute : "Samedi 17 novembre, on a dû prendre la décision de fermer le restaurant toute la journée, ce qui représente un manque à gagner de 3000 euros". 
 

Une poissonnerie restée fermée à Brive

En Corrèze, à Brive, c'est une poissonnerie qui est restée fermée mardi 20 novembre, faute d'approvisionnement. Rideau baissé, le commerçant a simplement indiqué sur une affiche : "Suite aux grèves des gilets jaunes, votre poissonnerie restera fermée ce jour. Ouverture demain normalement".
 

Plusieurs blocages sont encore organisés dans nos trois départements ce mardi 20 novembre. Dans les zones commerciales, les gérants espèrent que les parkings se rempliront vendredi 23 novembre pour l'opération "BlackFriday", qui représente l'un des plus gros chiffres d'affaires de l'année.
 

Un reportage de Romain Nowicki, Naoufel El khaouafi et Marion Haranger.

 

Sur le même sujet

Retour sur le concert d'Ibrahim Maalouf au Surgères Brass Festival

Les + Lus