A Arcachon, la cabane tchanquée aux volets rouges s'offre de nouvelles fondations

Des travaux de consolidations sur les 26 pilotis de la cabane tchanquée numéro 3 sont en cours. Une première étape avant un projet de reconstruction, à l'identique, de ce lieu emblématique du bassin.

C'est un des symboles du bassin d'Arcachon. Plantée sur l'île aux oiseaux, juchée sur pilotis et arborant ses volets rouges, la cabane tchanquée numéro 3 se laisse admirer, tout comme sa voisine aux volets blancs.
Impossible en revanche de l'approcher. Depuis 2020, son accès est interdit : trop dangereux. En cause, la dégradation des 26 piliers en bois qui soutiennent la bâtisse. Fragilisés et rongés par l'eau de mer, ils menacent de s'effondrer à tout moment.

Au gré des marées

La municipalité de la Teste-de-Buch a pris les choses en main. Elle a sollicité l'entreprise Ibaia pour remplacer les piliers de bois, par du béton.

Un chantier colossal, qui s'articule au gré des marées. "On a de gros coefficients de marée qui nous obligent à nous adapter de jour comme de nuit, explique David Ducourneau, chef de travaux pour Ibaia. A la basse mer, on peut travailler, quand elle est haute, nous devons nous arrêter".
Autre contrainte de taille : le respect de l'environnement, dans un site remarquable. Point de tractopelle ici, les engins mécanisés sont limités au strict minimum : une bétonnière et deux motopompes. Le matériel lourd est affrété par une barque, et le béton fabriqué à la main.

Voir le reportage de France 3 Aquitaine

 

Une première étape

A moins qu'une tempête ne vienne bousculer le calendrier, les travaux de consolidation devraient s'étendre sur trois semaines. Mais ces travaux ne constituent qu'une première étape.
Reste ensuite à mener des études et une concertation avec plusieurs partenaires : le Conseil du littoral, la Direction régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement, ou encore les architectes des bâtiments de France, avant de se lancer dans une reconstruction, à l'identique, de la cabane. Une étape que la cabane aux volets bancs a déjà franchie.
"On ne peut pas priver la population du Bassin, et même au-delà, de ces deux cabanes qui sont des sœurs jumelles", estime Philippe Busse, adjoint au maire de la Teste-de-Buch, en charge des Travaux.

Il va falloir instruire pendant au moins un an les études techniques et les autorisations administratives. On est au mieux sur un début des travaux en 2023.

Philippe Busse, adjoint au maire de la Teste-de-Buch

Le coût des travaux de consolidation est estimé à 130 000 euros. Le coût total de la rénovation n'est pas encore défini et sera fixé à l'issue des différentes études et concertation. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture travaux publics économie