Cet article date de plus de 7 ans

Accident d'hélicoptère en gironde : la piste criminelle écartée

Un courrier anonyme envoyé au Midi-Libre évoque un acte criminel à l'origine de la mort d'un milliardaire chinois dans un accident d'hélicoptère en Gironde. Cette hypothèse a été fermement rejetée par les enquêteurs.
Recherches des plongeurs de la gendarmerie le 23 décembre 2013 dans la Dordogne, à Lugon-et-l’Ile-du-Carnay
Recherches des plongeurs de la gendarmerie le 23 décembre 2013 dans la Dordogne, à Lugon-et-l’Ile-du-Carnay © AFP

"La piste criminelle est quasiment fermée car évidemment on ferme toutes les portes, et l'enquête privilégie très fortement la thèse de l'accident", explique le colonel Ghislain Réty, commandant du groupement de la gendarmerie de la Gironde, chargé de l'enquête sur l'accident d'hélicoptère.


L'appareil s'était écrasé le 20 décembre dans la rivière Dordogne, près de Libourne (Gironde), tuant ses quatre passagers dont le milliardaire chinois Lam Kok, à la tête du groupe Brilliant spécialisé notamment dans le négoce de thés.

Dans ce courrier tapé sur un logiciel de traitement de texte, dont a fait part Midi Libre dans son édition de jeudi, est écrit notamment que le vendeur du château de La Rivière "James Grégoire a payé de sa vie d'avoir voulu vendre à un étranger son domaine viticole dix jours exactement après notre avertissement".

Selon Midi Libre, le texte "va crescendo dans la violence" et "après avoir dénoncé la spéculation foncière, bloquant l'installation des jeunes agriculteurs et le développement agricole, il se termine par cette menace : +Ceux qui vendent à des étrangers, les intermédiaires et les acheteurs étrangers doivent s'attendre à finir au fond d'une rivière ou six pieds sous terre ! Ça brûlera ou ça sautera s'il le faut+".

Ce texte anonyme est signé par un "Comité d'actions agricoles" qui selon les gendarmes est "complètement inconnu". Cette signature se rapproche de celle du Comité d'action viticole (CAV), créé au milieu des années 1970 et principalement actif dans l'Hérault et l'Aude, qui recourt régulièrement aux actions violentes.

Selon le colonel, co-dirigeant l'enquête avec la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens, "une piste très sérieuse sur un problème technique ou humain" est privilégiée car l'hélicoptère avait une trajectoire rectiligne et volait à basse altitude avant sa chute.

Les recherches pour retrouver les trois disparus se poursuivent, seul l'enfant du milliardaire ayant été retrouvé dans la carcasse de l'hélicoptère qui gisait par sept mètres de profondeur. "On étudie également les enregistrements des sonars qui nous ont permis de retrouver un élément important de l'hélicoptère", a indiqué le colonel.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers accident