Antiterrorisme : premières réactions après la confiscation du passeport d'une Girondine de 17 ans, jihadiste présumée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Chauwin avec FrancetvInfo

Six Français, hommes et femmes, dont le départ vers la Syrie apparaissait imminent, ont été privés de leurs passeports dans le cadre de la loi antiterroriste. Parmi eux, une Girondine âgée de 17 ans, née à la Réole, et domiciliée à Toulenne prés de Langon. 

Selon nos informations, elle nourrissait le projet de partir en Syrie avec sa soeur, de se marier avec un combattant et de mourir en martyre. Elle avait fait l'objet d'un signalement familial, il y a six mois déjà. Elle sera majeure demain. 
La commune de Toulenne au sud Gironde avait fait parler d'elle le 16 décembre dernier  lors du démantèlement d'une filière de recrutement de candidats au Jihad. Une quinzaine d'interpellations avaient alors eu lieu dans plusieurs départements, dont une à Toulenne en Gironde. Il s'agissait d'un Toulousain de passage, venu visiter sa famille. 

Christian Daire, le maire de Toulenne, met en garde contre les amalgames

"Bien sûr, il y a eu un vrai effet de surprise. Je n'ai aucun élément précis sur cette personne ni sur le fait qu'elle réside à Toulenne" 



Maire de Toulenne en Gironde
Pour l'Iman de Cenon près de Bordeaux, Mahmoud OULD DOUA, ces candidats au Jihad sont très marginaux.

je reçois une soixante de musulmans à ma permanence, je tombe sur deux, trois cas l'année. C'est un phénomène très marginal. Mais ça existe et ça peut faire dégât. Ce sont des convertis animés par la foi mais qui n'ont pas de connaissance religieuse. Ils sont à la recherche d'un idéal, un aspect dogmatique aussi. On essaie de déconstruire le discours jihadiste qu'ils voient sur internet. On arrive à les encadrer et à les orienter vers un aspect beaucoup plus idéologique et spirituel de l'Islam. "





L'Iman de la mosquée de Cenon
Cette confiscation du passeport de six personnes est une première depuis le vote en novembre de ce dispositif dans la loi antiterroriste, a indiqué lundi 23 février le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, confirmant une information de RTL.

Comment peut-on confisquer un passeport ?

L'interdiction administrative de sortie de territoire est inscrite dans la loi antiterroriste votée le 4 novembre 2014, et promulguée le 13 novembre 2014, dont l'un des objectifs est de freiner les départs en Syrie et en Irak. Elle n'avait toutefois pas encore été appliquée, selon le ministère de l'Intérieur.

Les passeports, ainsi que les cartes d'identité, qui suffisent par exemple pour entrer en Turquie, peuvent être confisqués pour une durée de six mois, renouvelables pendant deux ans. En échange, un récépissé est remis aux personnes concernées. Celles-ci peuvent désormais contester la décision devant un tribunal administratif, dans un délai de "deux mois après la notification de la décision". "La décision est écrite et motivée. (...) Cette personne peut se faire assister par un conseil ou représenter par un mandataire de son choix", précise la loi.


Qui sont les personnes concernées ?

Ces six Français majeurs, hommes et femmes, sont âgés de moins de 28 ans dont une Girondine de 17 ans selon nos informations, signalée par sa famille, il y a six mois déjà. 

Leur départ apparaissait comme imminent aux yeux des services de renseignement, indique France 2. "Certains ont été signalés par leurs proches, via le numéro vert mis en place au ministère de l'Intérieur. D'autres ont été repérés lors des multiples enquêtes actuellement menées par les policiers de la DGSI", précise RTL.

Si ces six personnes ne respectent pas l'interdiction de sortie du territoire, elles risquent trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.


D'autres passeports vont-ils être confisqués ?

Ces interdictions de sortie de territoire ont "vocation à monter en puissance ces prochaines semaines", a assuré Bernard Cazeneuve. Une "quarantaine" d'autres interdictions sont "en préparation", selon lui.

Interrogé sur ces premières interdictions administratives de sortie de territoire lors de sa visite au Salon de l'agriculture, lundi matin, le Premier ministre, Manuel Valls, a d'ailleurs prévenu : "Il y en aura d'autres".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.