Gironde : trois personnes séquestrées à Lège-Cap-Ferret, les malfaiteurs activement recherchés

En enquête été ouverte suite à la séquestration de trois personnes sur fond de trafic de drogue. Plusieurs hommes sont activement recherchés depuis cette agression survenue vendredi 21 mai.

Les forces de l'ordre ont dressé trente procès verbaux lors de fêtes clandestines le week-end du 10 avril 2021 en Aquitaine
Les forces de l'ordre ont dressé trente procès verbaux lors de fêtes clandestines le week-end du 10 avril 2021 en Aquitaine © Lionel Vadam MAXPPP

Difficile de dire pour l’instant si les agresseurs se sont complètement trompés de cible. L’enquête confiée à la brigade de recherche de la compagnie de gendarmerie d’Arcachon devra le déterminer. Celle-ci a été « ouverte pour faits de séquestration, tentative d’extorsion, extorsion et faits de violence aggravée  en bande organisée, le tout ayant été commis en bande organisée », explique Olivier Etienne procureur de la République adjoint de Bordeaux.

« Trois personnes ont été successivement maitrisées, entravées pour obtenir que l’une d’elle, supposée détenir des stupéfiants, les remette aux agresseurs", explique Olivier Etienne. "Les malfaiteurs ont agressé une première personne à la mi-journée et lui ont demandé de faire venir chez elle l’homme censé détenir de la drogue ». Celui-ci, un septuagénaire, se serait alors rendu sur place avec sa compagne et aurait affirmé aux malfaiteurs ne posséder aucun stupéfiant. « S’en suit une phase de violences », poursuit le procureur adjoint. « Puis ils ont quitté les lieux avec l’homme dont il pensait qu’il détenait de la drogue. Celui-ci a été placé dans le coffre de la voiture de deux des agresseurs. Les malfaiteurs ont ensuite pris la route puis stoppé la voiture avant de prendre la fuite », explique le procureur adjoint. L’homme séquestré dans le coffre a réussi à se libérer dans la soirée.

Celui-ci a été hospitalisé à la clinique d’Arès. Ses blessures ont entraîné une ITT de moins de huit jours. Pareil, pour les deux autres personnes agressées. « Ces personnes ne sont pas connues pour être proches du milieu des stupéfiants, ni comme consommateurs ni comme trafiquants », précise Olivier Etienne. « Le but de l’enquête sera de déterminer si malfaiteurs se sont complétement trompés de cible ou pas », conclut le procureur adjoint.

Le parquet refuse de dire combien de malfaiteurs sont activement recherchés, ni s’ils ont été identifiés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société drogue