Assassinat et tentative de meurtre à Caumont en Gironde : l'ex-mari placé en détention provisoire

L'agriculteur de 32 ans soupçonné d'avoir tué jeudi 9 septembre à Caumont en Gironde le nouveau compagnon de son ex-conjointe et blessé grièvement cette dernière au fusil de chasse, a été mis en examen et incarcéré samedi, indique le parquet de Bordeaux.
Le drame s'est déroulé sur le pas de la porte de cette maison à Caumont, dans le sud est de la Gironde
Le drame s'est déroulé sur le pas de la porte de cette maison à Caumont, dans le sud est de la Gironde © Elise Galand

Matthieu B. a été mis en examen des chefs d'assassinat et de tentative de meurtre aggravé sur conjoint et placé en détention provisoire, indique la procureure de la République à Bordeaux Frédérique Porterie.

Un geste annoncé sur facebook 

Jeudi 10 septembre, en début de soirée, il est soupçonné d'avoir tiré sur le nouveau compagnon de son ex-femme et sur cette dernière. L'homme est décédé, tandis que la femme a été gravement blessée. Les faits se sont déroulés à Caumont, un village de quelque 150 habitants situé au sud-est de Bordeaux.

Selon les premiers éléments de l'enquête rapportés vendredi par le parquet, le tueur présumé, qui réside dans un autre village, s'est rendu au nouveau domicile de son ex-conjointe armé d'un fusil de chasse et a ouvert le feu "à une distance de 0,50 à 1 m" sur le nouveau compagnon de celle-ci, âgé de 30 ans. Recevant aussi une décharge, la femme "était grièvement blessée au bras et à la jambe". 

Le suspect, inconnu des services de police, avait annoncé "son intention de commettre l'irréparable" dans un message publié sur Facebook quelques heures auparavant, précisait vendredi le parquet.

Carte : les faits se sont déroulés à Caumont, au sud-est de Bordeaux 

Il se livre à la gendarmerie 

Le tueur présumé s'est livré le soir même à la gendarmerie. Aux enquêteurs, il a expliqué qu'il avait pour projet "de mettre fin aux jours du nouvel ami de son ex-compagne, mais n'avait pas l'intention de blesser cette dernière", selon le parquet.

"L'instruction devrait permettre de recueillir la version de (la victime), celle-ci n'ayant pas pu être entendue compte tenu de son état de santé", a ajouté la procureure de Bordeaux. Désormais, les jours de son ex-compagne, Sabrina M., 32 ans, ne sont plus en danger, mais elle a dû subir une amputation d'un bras, a ajouté la magistrate.

Durant leur dizaine d'années de vie commune, l'agriculteur et son ex-compagne ont eu trois enfants âgés de 4 à 10 ans, lesquels sont sains et saufs et n'étaient pas présents au moment des faits, selon le parquet.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féminicide société femmes justice faits divers violence conjugale