Violences conjugales à Caumont : l'ex-mari a annoncé qu'il avait commis l'irréparable sur Facebook

Le parquet de Bordeaux a pu reconstituer une grande partie du scénario qui a conduit hier à l'assassinat d'un homme, compagnon d'une femme elle-même blessée. L'auteur des coups de feu est l'ancien conjoint qui a prévenu ses amis sur Facebook. Il s'est rendu aux gendarmes.

Pourquoi Matthieu B, agriculteur de 32 ans, a-t-il commis l'irréparable comme il l'a annoncé sur un message diffusé sur Facebook. Pourquoi a-t-il prévenu les pompiers qu'il venait de tirer sur deux personnes ? Pourquoi s'est-il présenté spontanément à la porte de la brigade de gendarmerie de son domicile ?

Le jeudi 9 septembre 2021, vers 19 heures, les pompiers ont reçu cet appel inhabituel comme le relate le procureur du Parquet de Bordeaux, Frédérique Porterie : "un homme venait de les contacter pour leur signaler qu'il venait de tirer avec un fusil de chasse sur son ex-compagne et le compagnon"

Les pompiers ont immédiatement prévenu les gendarmes. Une patrouille de militaires de la Gendarmerie de Sauveterre de Guyenne est partie sur les lieux. Les faits se sont déroulés dans un secteur isolé sur la commune de Caumont (33) dans le Langonnais, au sud-est du département de la Gironde.

"A leur arrivée, les pompiers, parvenus en premier sur le lieu des faits , constataient le départ à grande vitesse d'un véhicule dont ils communiquaient le signalement aux gendarmes." L'homme est rapidement identifié et d'autres patrouilles de gendarmes sont dépêchés à son domicile, en l'occurrence à Auros, à une trentaine de kilomètres de là, au sud de Langon, où il a son exploitation agricole. 

Sur les lieux du drame à Caumont, au domicile de Sabrina M, l'ex-épouse, les pompiers et gendarmes découvrent un homme de 31 ans, décédé. Celui qui était devenu son compagnon depuis quelques mois. Gisant à terre, Sabrina M est très grièvement blessée mais encore consciente. Ses jours ne sont plus en danger.
Tous deux ont été atteints par des tirs d'arme à feu. 

Un drame de la séparation

Après plus de dix années de vie commune, le couple s'étaient séparés. Ils ont trois enfants, âgés respectivement de 10 ans , 8 ans et 4 ans. Depuis plusieurs mois, Sabrina M. avait un nouveau compagnon et son ex-époux Matthieu B. une nouvelle amie.

En reconstituant les faits, le parquet nous apprend que "Dans l'après-midi du 9 septembre,  Madame M. se serait rendue au domicile de son ex-compagnon où se trouvaient ses enfants pour surveiller les devoirs de ces derniers. À cette occasion, les anciens concubins auraient discuté en présence de la nouvelle amie de Monsieur B."

La mère de famille a ensuite regagné son domicile. Peu de temps après, l'agriculteur quittait le sien à bord de son véhicule "dans lequel il avait emporté un fusil de chasse aux fins de se rendre au domicile de son ex-compagne. Entre-temps, il diffusait un message sur Facebook annonçant son intention de commettre l'irréparable." relate Frédérique Porterie, procureur de Bordeaux.

Direction le domicile de de la mère de ses enfants où se trouvait le nouveau compagnon de celle-ci.
Au vu des premières constatations du médecin légiste et des techniciens de la cellule d'investigation criminelle, la scène peut ainsi être décrite. Après avoir frappé à la porte et que celle-ci lui ait été ouverte, Matthieu B "a tiré immédiatement à quatre ou cinq reprises à une distance de 0,50 m à 1 m de sa cible avec chevrotines." précise le communiqué du Parquet.
Le nouveau compagnon a été atteint à au moins trois reprises dont au visage, c'est le coup mortel.
Sabrina M, apparemment positionnée de profil au moment où elle a reçu une décharge, a été grièvement blessée au bras et à la jambe. 

L'auteur des coups de feu est reparti à son domicile. Il a prévenu "sa petite amie qu'il venait de commettre l'irréparable et lui demandant de mettre ses enfants à l'écart et à son arrivée." précise Frédérique Porterie.

Arrivé chez lui, il s'est douché, a enfilé des vêtements propres après avoir mis les précédents dans le lave-linge  qu'il a mis en marche. Il a rangé le fusil de chasse utilisé dans un étui posé à l'intérieur de son véhicule.

Deux messages sur Facebook 

Matthieu B. a fait la démarche de poster deux messages sur sa page Facebook. Nous avons pu les consulter. Avant les faits, il décrit une intention suicidaire. Il poste une photo de lui tirant la langue indiquant qu'il va mettre fin à ses jours, qu'il donne ses chiens à trois de ses amis. Il écrit que c'est sa femme qui le pousse à mettre fin à sa vie. Il embrasse tous ceux qu'il aime, ses proches et sa famille. 

Finalement, après qu'il ai tiré sur le couple, il poste un deuxième message : " J'ai commis un aspect grave" Probablement une erreur, ce n'est pas aspect mais acte qu'il faut comprendre. 

Des amis, inquiets de ces messages qu'il avait diffusé sur Facebook, l'auraient rejoint et apprenant ce qu'il s'était passé, l'auraient convaincu de se livrer aux forces de l'ordre. 

Frédérique Porterie - Procureur de la République de Bordeaux

Finalement, Matthieu B. auteur des coups de feu, s'est présenté spontanément à la porte de la brigade de gendarmerie de son domicile. Il a été placé en garde à vue à 20H20.

"Les toutes premières déclarations de M. B font ressortir qu'il avait le dessein de mettre fin aux jours du nouvel ami de son ex-compagne mais n’avait pas l’intention de blesser cette dernière." écrit le Parquet de Bordeaux. 

D'après des habitants de la commune d'Auros, l'agriculteur et sa famille sont sans histoire. A cette heure, aucune plainte contre Matthieu B. dans le cadre de violences intrafamiliales n'a été enregistrée par les forces de l'ordre ni déposée au parquet. "Monsieur B. est inconnu que ce soit pour des faits de harcèlement, violence, dégradation ou autre motif , que ce soit à l'égard  de tiers ou de son ex-compagne. Celle-ci n'a jamais déposé plainte contre lui."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence conjugale société justice