6 cas de covid-19 à la prison de Gradignan, les syndicats redoutent une explosion des contaminations

La maison d'arrêt de Gradignan est la première en Nouvelle-Aquitaine à renfermer des cas de covid-19. 2 détenus, 2 médecins et 2 infirmiers ont été testés positifs. Les syndicats réclament une profonde désinfection des locaux et un dépistage massif. 

Deux détenus ont été dépistés positifs au coronavirus une dizaine de jours après leur entrée dans l'établissement
Deux détenus ont été dépistés positifs au coronavirus une dizaine de jours après leur entrée dans l'établissement © S.Tuscq-Mounet/F3Aquitaine
Six personnes contaminées au sein de la maison d'arrêt, et combien d'autres ? "Le bilan peut être très très lourd en milieu carcéral qui est un milieu fermé" s'inquiète Nicolas Mattioni, le secrétaire général adjoint de l'UFAP-UNSa Justice de Nouvelle-Aquitaine.
 
L'entrée de la maison d'arrêt de Gradignan dans l'agglomération bordelaise
L'entrée de la maison d'arrêt de Gradignan dans l'agglomération bordelaise © S.Tuscq-Mounet/F3Aquitaine


Il déplore que des mesures immédiates n'aient pas été prises dès les premiers cas déclarés il y a une semaine. "Rien n'a été mis en place et maintenant on ne contrôle plus la situation" affirme t-il. 

Les détenus isolés

André Varignon, le directeur de la maison d'arrêt de Gradignan, assure que les deux prisonniers testés positifs ont été placés à l'écart du reste des détenus. Et que tous les cas contacts seront testés. 
 
Le personnel en contact avec les deux détenus positifs seront tous testés mais pas les autres
Le personnel en contact avec les deux détenus positifs seront tous testés mais pas les autres © S.Tuscq-Mounet/F3Aquitaine


Il a aussi décidé de fermer le restaurant administratif à partir de la semaine prochaine. Des plateaux-repas seront distribués le temps nécessaire. "Nous allons également placer des plexiglas dans les parloirs et nous n'allons pas développer de nouvelles activités. Pour l'heure nous maintenons le travail et la formation professionnelle sous réserve d'évolution de l'épidémie" explique le chef d'établissement qui annonce que s'agissant du nettoyage, une société privée sera prochainement chargée de désinfecter les postes de sécurité et les portes. "L'objectif est de nettoyer régulièrement les endroits tenus 24 h sur 24 comme les miradors". 
 
Les miradors, occupés 24h sur 24, seront régulièrement désinfectés par une entreprise privée a annoncé la direction
Les miradors, occupés 24h sur 24, seront régulièrement désinfectés par une entreprise privée a annoncé la direction © S.Tuscq-Mounet/F3Aquitaine


En revanche, pas question d'engager une désinfection massive du site, ni d'obliger l'ensemble des détenus à porter le masque. "C'est une question qui ne pourra être tranchée que par l'échelon central" affirme André Varignon, à savoir le directeur de l'administration pénitentiaire. 

Des mesures insuffisantes

Ces mesures interviennent non seulement trop tard mais elles sont insuffisantes dénoncent les syndicats. Nicolas Mattioni ne comprend pas pourquoi les transferts de détenus n'ont pas été suspendus. "Hier on a continué à tranférer des prisonniers dans d'autres établissements sans savoir s'ils étaient contaminés ou pas" déplore t-il. "Le restaurant du personnel est resté ouvert jusqu'à présent malgré les risques. Les mesures annoncées ce matin auraient dû être prises dès le départ".
 
Selon les syndicats, les transferts de détenus non dépistés vers d'autres établissements ont continué. Ils réclament leur suspension pour éviter de propager le virus aux autres prisons.
Selon les syndicats, les transferts de détenus non dépistés vers d'autres établissements ont continué. Ils réclament leur suspension pour éviter de propager le virus aux autres prisons. © S.Tuscq-Mounet/F3Aquitaine


Le syndicaliste réclame un dépistage massif du personnel sans plus attendre et le port du masque pour l'ensemble des détenus. Il prévient : "on est en zone rouge, ça peut aller très très vite".

Son directeur se veut rassurant. "On gèrera s'il y a une flambée des cas. Ils seront regroupés dans un même étage et nous nous adapterons. Mais pour l'instant nous avons seulement deux cas" tempère t-il.

Nos reportrices Elise Galand et Sylvie Tuscq-Mounet se sont rendues à la rencontre des personnels et de la direction de la maison d'arrêt de Gradignan suite à ces cas de covid-19. Regardez leur reportage :
 
6 cas de covid-19 à la prison de Gradignan, les syndicats redoutent une explosion des contaminations
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société coronavirus/covid-19 santé