Aéroport de Bordeaux : tests Covid obligatoires pour les passagers arrivant d'Algérie, Israël et Turquie

À partir du 16 août, et la reprise des vols en provenance de ces trois pays, les passagers arrivant d'Algérie, Israël et Turquie devront présenter un test de dépistage négatif avant d'embarquer vers Bordeaux. En l'absence de ce document, ils devront se soumettre à un test PCR à leur arrivée. 

Des dépistages Covid gratuits ont lieu tous les jours à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac depuis le 23 juillet.
Des dépistages Covid gratuits ont lieu tous les jours à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac depuis le 23 juillet. © France 3 Aquitaine
Le 24 juillet dernier, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé la mise en place de tests obligatoires pour les voyageurs provenant de 16 pays dans lesquels la circulation du coronavirus était importante. 

Parmi ces pays, l'Agérie, Israël et la Turquie, depuis lesquels les vols doivent reprendre vers Bordeaux à partir du 16 août. 

Dès cette date, les voyageurs provenant de ces trois pays devront donc obligatoirement présenter un test de dépistage négatif datant de moins de 72 heures. 

Que se passera-t-il pour les voyageurs n'ayant pas réalisé ce test ? "Ils devront se soumettre à un test PCR (prélèvement par voie nasale) à l’aéroport à leur arrivée en France. En cas de refus, la préfète de la Gironde notifiera un placement en quarantaine", prévient la préfecture de Gironde dans un communiqué.

 

Le dépistage gratuit maintenu 


Depuis le 23 juillet, l'aéroport de Bordeaux a déjà mis en place des tests gratuits et destinés à tous, passagers, visiteurs, professionnels de l'aéroport, réalisés par le personnel du CHU. 

Initialement programmé jusqu'au 15 août, ce dépistage sera maintenu après cette date, indique la préfecture. 
 
La liste des 16 pays "à risques" est amenée à évoluer en fonction de l'épidémie de la Covid-19, et doit être réactualisée tous les quinze jours. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société aéronautique économie tourisme