Mort de Bernard Tavitian : ancien rédacteur en chef de France 3 et pionnier du rock à Bordeaux

Journaliste radio et télévision, passionné de musique, Bernard Tavitian est décédé. Bien connu dans le monde du rock bordelais, il a participé à l'émergence de groupes comme Noir Désir dans les années 80. Ses anciens collègues de France 3 Aquitaine se souviennent d'un "bon vivant blagueur". Mais aussi d'un professionnel méticuleux.

Rarement sur le devant de la scène, Bernard Tavitian n'en aura pas moins laissé une trace dans le monde culturel aquitain, et dans les mémoires de ceux qui ont croisé sa route. De la scène rock bordelaise, aux rédactions de France 3 Aquitaine, il fut animateur radio, puis rédacteur en chef adjoint à Tours, Bayonne et Bordeaux. Retraité depuis 2019, il s'était installé sur le bassin d'Arcachon à Andernos. Il est décédé la nuit dernière à l'âge de 69 ans.

Un chef à l'écoute

À la fin des années 80, après un début de carrière en radio, Bernard Tavitian se lance dans la télévision. Il se forme à la caméra et devient journaliste reporter d'images pour France 3. Il écume les rédactions en région, passant par Strasbourg, Lille, Amiens, Orléans et Tours. Une passion pour l'image qu'il conservera lorsque, dix ans plus tard, en 1999, il devient rédacteur en chef adjoint de l'édition locale de France 3 Euskal Herri Pays basque à Bayonne. Sa capacité d'adaptation, et son sens de l'écoute en font un collègue apprécié par ses pairs :

Il s’est intégré rapidement à Bayonne car il a vite compris les problématiques du territoire. Il a compris l’importance d’une édition locale au Pays basque. Notre journal était court, mais il voulait qu'il soit le plus dynamique possible, ancré dans l'actualité.

Emmanuel Galerne

Journaliste reporter d'images à Bayonne

Bernard Tavitian n'était pas encore là lors du lancement de l'édition locale en 92, mais ses collègues se souviennent de la soirée qu'il organisa pour son dixième anniversaire en 2002, en grandes pompes au théâtre de Bayonne.

En un temps record, il a organisé cette soirée incroyable. En 3 jours, il a rempli le théâtre de Bayonne. Et la programmation reflétait complètement le Pays basque. Avec le groupe Bidaia : Michel Ducau, Caroline Philips ; Andde Duhalde avait chanté du Brassens en basque ; une chorale en espagnol, gascon, basque, français ; de la musique électronique avec Isabel Suarez, et des témoignages de tous horizons. Il y avait même un écran géant !

Allande Boutin

Journaliste, France 3 Euskal Herri Pays basque

VIDÉO : Redécouvrez ce reportage d'archives de la soirée des 10 ans de France 3 Euskal Herri Pays basque.

durée de la vidéo : 00h01mn31s
Les 10 ans de l'édition locale de France 3 Euskal Herri Pays basque ont été fêtés en grandes pompes au théâtre de Bayonne, plein à craquer. ©France télévisions - INA

Un souvenir indélébile à Bordeaux

Bernard Tavitian revient à Bordeaux en 2004 où il prend la tête de l'édition locale de Bordeaux Métropole. Là aussi, ses collègues se souviennent de son goût pour l'actu, l'image, la culture et le sport. Mais aussi de ses anecdotes et expériences passées qu'il n'hésitait jamais à partager :

Il avait une façon de valoriser son expérience qui était toujours enrichissante. Il savait faire ressortir le meilleur, grâce aux anecdotes qu'il nous racontait, en permanence.

Nathalie Pinard

Journaliste, ancienne présentatrice de France 3 Aquitaine

Tous se souviennent d'un bon vivant, doté d'un fin sens de l'humour, d'un journaliste fonceur ne se laissant jamais enfermer dans des impasses. 

C'était une personne humaine, à l'écoute. Têtu, mais dans l'échange. Il était toujours hyper enthousiaste sur tous les sujets. Méticuleux, il aimait aussi l'imprévu.

Sandrine Papin

Journaliste, présentatrice de France 3 Aquitaine

Un homme de radio

Mais ses premiers faits d'armes, Bernard Tavitian les a réalisés loin des écrans, plus près des transistors. Né en 1953, il étudie le droit à Bordeaux avant d'entrer en 1979 à France 3 Aquitaine Radio. Il prend alors les rennes d'une émission musicale, que les jeunes de l'époque adorent : Éclétrique, une émission sur le rock, à une époque où ce genre de musique balbutie encore. Une révélation pour Éric Roux, aujourd'hui directeur d'une salle de concert bordelaise.

J'écoutais ça quand j'étais ado, au lieu d'aller à la messe le dimanche. C'était une époque où le rock était largement minoritaire.

Éric Roux

Directeur de la Rock School Barbey à Bordeaux

Une époque où tout était encore à découvrir, dans une scène aquitaine foisonnante. Dans les années 80, Écletrique organise des tremplins, dont les finalistes ne sont autres que des groupes comme Noir Désir ou les punks de Camera Silens. 

C'est lui qui m'a donné envie de travailler dans la musique. Bernard Tavitian a fait entrer le rock dans le monde des média, et a été un pionnier du concept des tremplins, pour faire émerger de nouveaux talents. Nous continuons à en faire régulièrement à la Rock School, grâce à lui.

Éric Roux

Directeur de la Rock School Barbey

Depuis son départ à la retraite en 2019, Bernard Tavitian continuait ses activités dans le monde de la culture. En septembre 2022, il lançait le festival Images sur mer à Arès sur le Bassin : festival de documentaires et conférences sur la mer et l'environnement. 

Les équipes de France 3 Aquitaine s'associent à la peine de ses proches. Bernard Tavitian était marié et père de deux enfants.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité