"Aucune donnée n'a été exfiltrée" : victime d'une cyberattaque, une mairie est privée d'accès à internet

Ce jeudi 18 avril, la ville de Floirac, près de Bordeaux, a été victime d’une cyberattaque. Si aucune donnée n’a été compromise, les services municipaux ont été lourdement touchés.

L’alerte a été donnée en fin de journée, ce jeudi 18 avril. La mairie de Floirac a été la cible d’une cyberattaque, dont les raisons sont, pour l’heure, inconnues. “Nous avons eu l’information que les équipements de sécurité numérique de la commune avaient été compromis”, précise la municipalité. Ces équipements sont mutualisés avec Bordeaux Métropole qui ont été également prévenus.

Services dégradés

Ce vendredi 19 avril, par précaution, la mairie a ainsi annoncé avoir “suspendu” les réseaux de la commune, “ainsi que les accès internet”. Seule “la téléphonie reste disponible”. 

Une attaque qui a fortement dégradé le travail de la commune. “Certains services de la mairie restent ouverts pour opérer les tâches essentielles, notamment les passeports et les cartes d’identité”, indique la mairie de Floirac. Une partie du personnel a ainsi été mise en télétravail. "Nous avons eu une intrusion sur le système d'information vers 18h et nous avons pu stopper l'attaque tout de suite, confirment les services de Bordeaux Métropole. Les services ont été volontairement coupés aujourd'hui par précaution. 

Les expertises vont se poursuivre pour déterminer l'origine de l'attaque

Bordeaux métropole

Les services techniques de Bordeaux Métropole et de Floirac œuvrent depuis hier pour sécuriser le réseau et permettre un retour à la normale "au plus vite", qu'ils espèrent pour lundi matin. 

Pas de fuite de donnée

Cependant, selon les premières enquêtes, menées notamment par les équipes de Bordeaux Métropole, “aucune donnée n’a été exfiltrée. Nos systèmes d’informations n’ont pas non plus été dégradés”, indique la mairie. Les analyses se poursuivent tout de même pour tenter de découvrir le ou les auteurs de cette cyberattaque.

Cible récente de ces malfaiteurs, les services publics sont régulièrement touchés par ces phénomènes. En mai 2020, c’était la commune de Lalande-de-Pomerol qui avait subi un assaut numérique. Même constat en juillet dernier, à Angoulême où les services ont été paralysés plusieurs heures.  Plus récemment, les services des pompiers des Pyrénées-Atlantiques ont été longuement perturbés par une attaque similaire.