Baccalauréat : à Bordeaux, les lycéens passent leurs épreuves de spécialité, jour du vote de la motion de censure à l'Assemblée Nationale

Des rassemblements ont eu lieu à plusieurs endroits à Bordeaux pour protester contre la réforme des retraites, en ce lundi 20 mars, jour de vote de la motion de censure à l'Assemblée Nationale. Des enseignants ont manifesté devant le lycée Montesquieu, alors que leurs élèves passent les épreuves de spécialité du baccalauréat en ce moment même.

Ils avaient eux-mêmes soulevé des inquiétudes sur la bonne tenue de ces épreuves du baccalauréat. Les professeurs, une cinquantaine devant le lycée Montesquieu de Bordeaux cet après-midi du 20 mars, ne bloquent pas l'accès à l'établissement, mais sont bien là pour continuer de protester contre la réforme des retraites, et l'utilisation de l'article 49.3 vendredi dernier. Ils ont organisé une grève de la surveillance, alors qu'à l'intérieur, les élèves de terminale passent leurs épreuves de spécialité : 

Quand on est éboueur, on ne ramasse plus les poubelles, quand on est enseignant, notre moyen d’action ce sont les examens. Si le gouvernement, avec sa réforme du bac, maltraite nos élèves, nous avons à cœur qu’ils passent leur bac malgré tout. Cette action n’est pas bloquante. La direction a pris acte de notre mobilisation et a fait appel à des surveillants supplémentaires.

Martine Delarbre

Professeure de Philosophie au lycée Montesquieu

Tolérance aux retards

Des grèves étant toujours en cours dans les transports, les élèves peuvent encore arriver une heure après le début des épreuves, qui commençaient à 14 h. Tout a été fait pour que les lycéens puissent composer dans de bonnes conditions, pour ce premier test grandeur nature du "bac Blanquer", avec ces premières épreuves dès le mois de mars. Des piquets de grève ont aussi lieu aux lycées Gustave Eiffel, Elie Faure ainsi qu'au lycée des Graves à Gradignan. Une autre manifestation a lieu au lycée Cassin de Bayonne.

"Ils ont les notes en tête en permanence"

Décidée en 2018, la réforme du baccalauréat voulue par le précédent ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer, n'a toujours pas pu être appliquée dans sa totalité. C'est donc la première fois que ces épreuves de spécialités ont lieu, comme prévu, au mois de mars, au lieu de juin. Histoire, mathématiques, littérature, physique-chimie, etc. Ces examens comptent pour un tiers de la note globale, et sont prévus pour être comptabilisés par Parcoursup, la plateforme qui distribue les bacheliers dans l'enseignement supérieur.
Les syndicats d'enseignants se sont mobilisés contre la réforme Blanquer ces dernières années. Le problème du baccalauréat vient s'agréger à la contestation contre la réforme des retraites :

Il y a motif a agir. La réforme des retraites et ce brutal 49.3 ont profondément ému la communauté éducative. Mais nous en profitons aussi pour parler de cette réforme qui nous met des épreuves en mars. Nous devons boucler le programme au pas de charge, ce qui créé une pression extrême liée au contrôle continu. Les élèves ont en permanence les notes en tête, ce qui leur fait perdre tout goût d'apprendre.

Martine Delarbre

Professeure de Philosophie au Lycée Montesquieu

Les lycéens doivent par ailleurs compléter leur dossier Parcoursup, et finaliser leurs vœux d'inscription en enseignement supérieur avant le 6 avril. Ils passeront ensuite quatre épreuves au mois de juin, dont la philosophie et le grand oral.

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité