Blocage, grève, manifestation : la mobilisation contre la réforme des retraites se poursuit

Publié le

Ce lundi 20 mars, la mobilisation des opposants à la réforme des retraites est multiforme en Aquitaine : manifestation intersyndicale, opération escargot, blocage de l'autoroute... Des piquets de grève sont également prévus dans l'enseignement en ce premier jour des épreuves du Bac.

Une manifestation intersyndicale est prévue à 12 heures devant la préfecture de la Gironde à Bordeaux, à 17 heures également devant la sous-préfecture d'Arcachon. Ce sera sans doute le point de convergences des différents mouvements du jour. Pour certains, il s'agit d'une grève reconduite depuis la dernière journée de mobilisation nationale, suite au vote de la loi par 49-3 à l'assemblée, le 16 mars dernier.

A Bordeaux Gironde, le sujet mobilise également le planning familial qui organise un piquet de grève ce lundi entre 16h et 20 h.

L'Assemblée générale de lutte aura lieu à Cenon, château du diable, à 17h30, pour décider de la suite du mouvement.

Opération escargot à Bordeaux

Ce lundi matin, un piquet de grève était organisé à l'initiative de la CGT Énergie, à 7h30 devant l'agence Régaz de Bordeaux.

Suite à l'assemblée générale, les manifestants ont décidé d'une "opération escargot", au départ de Regaz (Bacalan) vers le centre-ville de Bordeaux dans un premier temps.

Autoroute bloquée et trafic ferroviaire perturbé

Plus tôt dans la matinée, l'autoroute A 63 a été momentanément bloquée au péage de Biriatou, à Hendaye au pays basque. Une action qui a perturbé la circulation pendant un peu moins d'une heure. La centaine de manifestants a été évacuée dans le calme par les forces de l'ordre. 

A la SNCF, la circulation des trains était perturbée ce week-end. Alors que la grève reconductible contre la réforme des retraites entre dans sa 14e journée, la SNCF prévoit un trafic similaire ce lundi avec quatre TGV sur cinq et deux tiers des TER maintenus. 60 % des liaisons Intercités devraient être assurées, mais aucun train de nuit ne roulera.

Vendredi, les syndicats du groupe ont tous annoncé leur intention de poursuivre la grève reconductible jusqu'au retrait du texte de la réforme des retraites. Une journée de mobilisation massive est prévue jeudi, jour choisi par les confédérations pour une nouvelle grève interprofessionnelle

En savoir plus sur les conditions de circulation des trains

Piquets de grève dans les lycées

Ce 20 mars, les lycéens vont plancher sur leurs premières épreuves du Bac à partir de 14 heures. Depuis la réforme, c'est la première fois qu'ils planchent au mois de mars sur leurs épreuves de spécialités.

Plusieurs piquets de grève et mouvements sont prévus sur la métropole, dont une assemblée générale à 9h30 au Lycée Montaigne, un piquet de grève à 12h30 devant le Lycée Montesquieu et 13 heures devant le Lycée Elie Faure de Lormont.

Les épreuves du baccalauréat pourraient être perturbées par la mobilisation sur la réforme des retraites, car plusieurs syndicats ont appelé "à décider de la poursuite de l'action". Des syndicats enseignants, dont le Snes-FSU, premier dans le secondaire (collèges et lycées), la CGT Educ'ation, la Fnec-FP- FO et Sud-Education ont appelé "tous les collègues à décider de la poursuite de l'action" et de "la mobilisation pendant les épreuves de spécialité, y compris par la grève des surveillances là, où cela est possible". Des mobilisations sont également annoncées à Sarlat en Dordogne ainsi qu'à Périgueux. 



Des enseignants qui sont assez partagés entre leur souhait de ne pas gêner les élèves qu'ils ont accompagnés et la volonté de poursuivre cette mobilisation. Il faut dire que les syndicats enseignants protestent, aussi, contre la tenue de ces épreuves de spécialité dès le mois de mars, soit plusieurs mois avant la fin de l'année scolaire. Plusieurs associations de professeurs de spécialités ont alerté le ministère dès septembre, dénonçant un "calendrier absurde". 

De son côté, le ministère de l'Education nationale a indiqué vendredi qu'il mobiliserait "des surveillants supplémentaires" afin de "permettre le déroulement des épreuves dans les meilleures conditions". Il a aussi souligné que "les dispositions nécessaires seront prises pour permettre l'accès des candidats aux centres d'examens en lien avec les préfectures" si besoin. En cas de perturbation dans les transports à cause de grèves et de retard d'un candidat, n'excédant pas une heure, la fin de l'épreuve est décalée d'autant pour l'élève.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité