Bordeaux : la basket 100 % recyclée d'une jeune étudiante entrepreneuse

Du raisin recyclé à vos pieds ! C'est le concept d'une jeune étudiante, issue de l'incubateur de l'université de Bordeaux et qui lance sa propre marque de basket. Elle a gagné un prix en juin pour son projet. Une campagne du crowdfunding sur Ulule est lancée le 7 septembre pour l'aider à démarrer. 

Laure Babin porte le projet Zèta, une marque de baskets zéro déchet et entièrement recyclées.
Laure Babin porte le projet Zèta, une marque de baskets zéro déchet et entièrement recyclées. © Zéta
Elle y croit dur comme fer. La vingtaine et déjà l'énergie d'une sacrée entrepreneuse. Laure Babin, étudiante à Bordeaux, se lance dans la basket tendance. Et surtout ce qui la distingue, c'est qu'elle est le reflet de sa génération. Laure l'a voulue recyclée, 100 % recyclée. Avec des méthodes étonnantes. Le fruit d'un cheminement, ce n'est pas venu tout seul.

" J'ai grandi à la campagne près d'Angers et j'ai toujours été sensibilisée à la préservation de l'environnement. Pour autant,  moi qui suis passionnée de vêtements et de chaussures, je ne me suis jamais vraiment interrogée sur l'impact de ma consommation de vêtements sur l'environnement."

Et puis au fur et à mesure, elle mûrit la réflexion autour d'un produit fétiche, surtout chez les jeunes, mais pas que. " J'ai eu une prise de conscience ces dernières années".

Je me suis interrogée un peu plus sur les baskets, c'est un produit que j'affectionne particulièrement. Et je me suis rendu compte qu'il y avait de gros enjeux environnementaux et sociaux derrière.

Laure Babin - fondatrice de l'entreprise de basket Zéta - Bordeaux -


La quasi-totalité de ces chaussures est fabriquée avec des matériaux polluants, à l'autre bout du monde " dans des conditions douteuses " affirme la jeune femme. C'est décidé, elle fera tout l'inverse.
L'atelier se trouve au Portugal. Il utilise des matières recyclés.
L'atelier se trouve au Portugal. Il utilise des matières recyclés. © Zéta
 

Trouver la matière première

Le concept est là, dans sa tête. Un produit porté par énormément de monde, tous les jours, unisexe, un sacré marché. Pour peu qu'on trouve la bonne matière première, fiable et une filière qui peut produire sans rupture de stock. Ce sera la matière recyclée. Sa doctrine : " Utiliser ce qu'on possède déjà. Des matériaux 100 % recyclés, issus de déchets. "
Et quels déchets ! Le raisin... 

C'est plutôt incroyable ! On récupère les pépins, les résidus et la peau des raisins des vendanges que l'on broie, qu'on réintègre à des matériaux recyclés pour en faire une pâte qui deviendra du cuir. 


Récapitulons : des baskets zéro-déchet en raisin, donc des matériaux recyclés, recyclables & vegan. Le tout imaginé à Bordeaux et, fabriqué au Portugal. Pourquoi pas en France ? " Je n'ai pas trouvé en France de fournisseurs pour répondre à ça. Il y a un manque de matériaux recyclés en France. " Six mois de travail pour trouver des matériaux qui aient un fort taux de recyclage et être sur de leur durabilité ainsi que des valeurs portées par les fournisseurs "
Le cuir fait à partir du raisin a été mis au point par une entreprise italienne qui travaille aujourd'hui pour des grandes marques de prêt-à-porter ou de chaussures de sport également. Même dans la mode, le créneau dorénévant intéresse, il est porteur. 
Les ateliers de confection des sneakers se trouvent au Portugal, le pays qui s'est spécialisé ces dernières années sur le créneau. " Du fait main " qui est mis en avant pour valoriser le produit. 
Voir cette publication sur Instagram

On aurait tant à vous dire sur notre atelier.    Ce sont les premiers à avoir cru en notre projet alors que Zèta n’en était encore qu’au stade d’idée (et ne s’appelait pas Zèta d’ailleurs... mais ça, c’est une autre histoire) !   Mois après mois, pendant près d’un an, nous avons travaillé main dans la main pour créer une paire de baskets innovante qui s’inscrive dans une démarche zéro-déchet.    Ensemble, nous avons sourcé des matières premières recyclées en respectant un cahier des charges très précis. Nous avons dessiné et conçu le premier modèle Alpha. A distance, durant la pandémie, nous avons apporté les modifications nécessaires au prototype.    Nous leur sommes extrêmement reconnaissants et sommes fiers de l’équipe que nous avons formé pour donner vie à Zèta 🤝  📷 : @ricardohegenbart

Une publication partagée par Zèta (@zeta_shoes) le

Les valeurs d'une génération

Voila Zéta sur orbite, avec une campagne lancée sur Ulule le 7 septembre pour donner le coup à la toute jeune entreprise. Ça se traduit par une pré-commande de 100 sneakers pour permettre l'envol de Laure Babin qui a été accompagnée durant sa dernière année universitaire par l'incubateur propre à l'université de Bordeaux. Elle a fait partie des cinq lauréats choisis parmi les 70 projets accompagnés pour cette promo. 

La grande proportion de ces projets a une valeur positive, un engagement sociétal au-delà de la simple rentabilité financière. Les projets ont une dimension vertueuse.

Alexandre Savin, chargé de mission entrepreneuriat étudiant - Université de Bordeaux

La tendance s'est même inversée. Par le passé, ce type de démarche pouvait avoir une image " baba cool " et maintenant c'est tout l'inverse. " Si on ne le fait pas, on passe pour des has been " ajoute Alexandre Savin, traduisant l'esprit des jeunes entrepreneurs portés par le respect de valeurs sociétales fortes.  
   
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie numérique économie environnement société