• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Bordeaux : fonctionnaires et magistrats du Tribunal de grande instance mobilisés contre la réforme de la justice

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

Les fonctionnaires et magistrats du tribunal de grande Instance de Bordeaux  sont mobilisés ce mardi pour protester contre la réforme de la Justice. Ils se sont exprimés lors de l'audience solennelle de rentrée.
 

Par Maïté Koda

Après les avocats, au tour des fonctionnaires et les magistrats. Le projet de réforme de la justice continue de mobiliser les professionnels du milieu judiciaire.
Ce mardi, fonctionnaires et magistrats  de Bordeaux se sont rassemblés devant le Tribunal de grande instance de Bordeaux, à l'occasion de l'audience solennelle de rentrée, pour se faire entendre.

Une fusion décriée

Car la liste des griefs est longue : les manifestants s'opposent aux mesures présentées par le gouvernement,  dont notamment la fusion des tribunaux d'instance et des tribunaux de grande instance.

Une mesure adoptée par l'Assemblée dans la nuit du 17 au 18 janvier, et qui prévoit donc de fusionner les deux juridictions. Jusqu'à présent les tribunaux d'instance étant réservés aux petits litiges (conflits entre personnes) et les tribunaux de grande instance aux plus conséquents.
 

"Eloigner les justiciables de leurs juges"

Mais pour l'Union syndicale des magistrats, la suppression des tribunaux d'instance aurait pour effet d'"éloigner les justiciables de leurs juges". Une décision qui, de plus, intervient, en plein mouvement des Gilets jaunes  "à un moment où les citoyens de notre pays réclament plus de justice sociale et plus de justice dans les territoires".
 

"Justice purement virtuelle"

Parmi les autres griefs : la généralisation de la numérisation, "sans considération pour les personnes dépourvues de matériel", le développement de la visioconférence, "avec une perte de qualité des débats et des échanges et le risque d'une justice purement virtuelle", ou encore la "quasi disparition de la participation des jurés " en cour d'assises.


L’Assemblée nationale devra se prononcer sur le projet de loi lors d’un vote solennel, mercredi 23 janvier, avant que les sénateurs ne se penchent à leur tout dessus à compter du 12 février.

Sur le même sujet

L'avenir de l'aéroport de Bassillac

Les + Lus