Bordeaux : Microsoft ouvre une école d’intelligence artificielle

Des élèves de l'école IA Microsoft de Bordeaux en train de coder. Crédits : France 3 Nouvelle Aquitaine.
Des élèves de l'école IA Microsoft de Bordeaux en train de coder. Crédits : France 3 Nouvelle Aquitaine.

Microsoft a ouvert ce jeudi 26 septembre, à Bordeaux, sa dixième école dédiée à l'intelligence artificelle en France. Un moyen de fournir des techniciens de l'IA à ses entreprises partenaires, mais aussi de rendre la multinationale un peu plus incontournable dans le service aux enterprises.

Par Jean-Baptiste Arcuset

La dixième école française IA Microsoft ( IA = intelligence artificielle ) a ouvert ses portes aujourd’hui, jeudi 26 septembre, à la Cité du numérique, à Bordeaux. L’objectif est de former chaque année 25 techniciens de l’intelligence artificielle, un secteur en plein développement, mais qui manque de main-d’œuvre en France.
À la clé, une formation de 35 heures par semaine, durant 4 mois, suivi d’un apprentissage de 15 mois dans une entreprise. La formation est assurée par Simplon.co, une start-up française spécialisée dans l’apprentissage numérique.
À cette occasion, Laurent Schlosser, directeur de la division Secteur public chez Microsoft, a également annoncé la création d’un Experience Lab avant la fin de l’année. "Le but de ce laboratoire est de promouvoir les bénéfices que cette technologie peut apporter dans les secteurs de l’agriculture et de la viticulture par exemple", et ainsi acquérir de nouvelles parts de marché.

Privilégier les demandeurs d'emplois

Les critères pour intégrer l'une des promotions sont les suivants : être inscrit à Pôle emploi, avoir des connaissances en langage de programmation et en algèbre, aimer la statistique et maîtriser un minimum l’anglais (niveau B1 ou B2). Pas d’argent à débourser pour l’étudiant ou le travailleur en reconversion, le coût de la formation est financé pour moitié par Microsoft. Le reste étant partagé entre la Région, Pôle emploi, le Fafiec et des entreprises locales partenaires. Si les élèves de Bordeaux ont déjà effectué leur rentrée la semaine dernière, malgré des travaux encore en cours dans le bâtiment, la promotion de Biarritz, en revanche, recrute encore jusqu’au 7 octobre.

C’est quoi être développeur en IA ?

À l’issue de sa formation, le développeur saura extraire et analyser des données, mais pas seulement… Il aura aussi acquis des compétences en machine learning.  Le machine learning est la capacité d’un algorithme à apprendre sans avoir été programmé spécifiquement à cet effet. Par exemple, un algorithme peut être chargé de trouver des corrélations, sans que celles-ci soit précisées, entre le prix d’appartements et les données qui leurs sont associées (taille, lieu, date de rénovation etc). Ce qui permet à terme une meilleure compréhension du marché de l’immobilier et de produire par la suite des analyses prédictives.

Autre exemple, sur Internet, c’est un algorithme qui vous propose différentes vidéos en fonctions de celles que vous avez regardées précédemment. Pour cela, il met en relation votre base de données utilisateur, celles de vos youtubeurs préférés ainsi que d’autres utilisateurs avec qui vous partagez des intérêts communs. Le machine learning permet également à un algorithme de reconnaître des images, du texte, ou de communiquer avec un être humain à travers un chatbot. Cependant, pour que les résultats soient précis, il est nécessaire d’analyser un grand nombre de données. D’où la nécessité d’avoir de solides connaissances en data.

Bordeaux, une ville "dynamique"

Bordeaux a été sélectionné par Microsoft, parce que la ville possède un "écosystème d’entreprises dynamique", selon les mots de Laurent Schlosser. Mais aussi parce que les entreprises locales partenaires de Microsoft (CGI et Sanofi entre autres) sont en manque de travailleurs compétents dans le domaine. 

En France, il y a un bon vivier de data scientist. Mais ce sont des chercheurs de haut niveau qui ont besoin d’être assistés. En fournissant des techniciens, on démultiplie leurs capacités de recherche.
Laurent Schlosser, directeur de la division Secteur public chez Microsoft.

Quels intérêts pour Microsoft ?

Le modèle économique de l'entreprise américaine a évolué depuis plusieurs années, en migrant vers le cloud, elle se concentre désormais sur les services aux entreprises plutôt qu’aux consommateurs. "Désormais, elle facture à la consommation de données", explique Sabine Blanc, cheffe de la rubrique Numérique du journal en ligne Contexte. Autrement dit, plus les entreprises utilisent les outils IA de Microsoft, grâce aux élèves formés dans les écoles, plus celle-ci augmente ses bénéfices. " L'enjeu est aussi de développer les usages numériques dans l'absolu, Microsoft augmenterait ainsi ses bénéfices automatiquement. C’est une stratégie de développement que l’on va aussi retrouver chez Google et dans une moindre mesure Facebook." Apporter des travailleurs à une filière en tension peut aussi, à terme, faire baisser les salaires. 

Avant, Microsoft c’était le "grand méchant loup", aujourd’hui l’entreprise travaille son image et mise beaucoup sur le soft power.
Sabine Blanc, journaliste spécialiste du numérique.


Avec la décentralisation, les Régions, les départements, les métropoles sont devenus des décisionnaires puissants ce qui a contribué à ce que les grandes entreprises du numérique investissent en dehors de Paris. C’est deux raisons font que les termes "de territoires",  "d’économie locale" et "d’inclusion sociale" ont désormais fait leur apparition dans le langage de communication de Microsoft.

 

Sur le même sujet

Fermeture des thermes de Saujon, les explications du directeur de l'établissement

Les + Lus