Bannière résultats municipales

Municipales à Bordeaux : nouvelle liste, nouveau programme de N. Florian en ordre de marche avec T. Cazenave

Les deux hommes effectuent cette union stratégique pour espérer gagner le second tour des municipales. Il a fallu libérer des places sur la liste et faire des concessions des deux côtés pour s'entendre sur un programme commun dont ils ont révélé quelques pistes ce mercredi matin 3 juin à Bordeaux.

Tchek du coude entre Nicolas Florian et Thomas Cazenave ce mercredi 3 juin à Bordeaux ensemble pour détailler les raisons de leur union.
Tchek du coude entre Nicolas Florian et Thomas Cazenave ce mercredi 3 juin à Bordeaux ensemble pour détailler les raisons de leur union. © Camille Becchetti FTV
À entendre les nouveaux colistiers, la crise du coronavirus a tout changé, en tous cas beaucoup. Les concurrents d'hier ont mis sur la table leurs divergences pour mieux converger. Face à l'ampleur de la crise ressentie dès les premiers jours post-premier tour, le tandem Florian-Cazenave s'est finalement rapproché pour mener la bataille de l'après Covid. Les négociations n'ont abouti qu'en dernière ligne droite lundi 1 er juin dans la soirée. Donc, il y a eu convergence sur l'analyse et les remèdes à engager pour affronter la crise.

L'urgence économique et sociale


Dans la feuille de route, un plan de relance économique pour soutenir le tissu local en priorité. " Pendant deux mois et demi, on a été confrontés à des situations assez lourdes " dit Alexandra Siarri, adjointe et membre de l'équipe Florian. La crise s'annonce rude "face à l'explosion de la précarité. " contaste-elle.

C'est une obsession de la nouvelle équipe.
Alexandra Siarri - adjointe et candidate sur la liste Nicolas Florian  


Dans les faits, cette alliance permet à Nicolas Florian d'affronter plus sereinement le deuxième tour du 28 juin, fort de ses 34,55% du premier tour et des 12,69% pour l'ancien rival Thomas Cazenave. 

" On va être plus fort, plus fort maintenant ensemble. Il faut que nos pratiques politiques changent." justifie le candidat des Marcheurs. Pragmatique, Nicolas Florian ajoute : "Je préfère les additions aux soustractions " 

Les deux hommes forment un tandem qui espère pouvoir compter sur Paris pour l'aider à avoir, rapidement, une traduction locale des décisions nationales. Nicolas Florian est un proche d'Edouard Philippe, tandis que Thomas Cazenave est est proche du Président Emmanuel Macron. 

Alors, place aux grandes lignes du programme commun présentées ce mercredi 3 juin. 
Un avant-goût des projets qu'ils fusionnent, ceux qu'ils abandonnent. Nicolas Florian et Thomas Cazenave face à la presse ce mercredi 3 juin à Bordeaux
Un avant-goût des projets qu'ils fusionnent, ceux qu'ils abandonnent. Nicolas Florian et Thomas Cazenave face à la presse ce mercredi 3 juin à Bordeaux © Camille Becchetti FTV

Les actions des deux listes fusionnées vont donc se concentrer aussi sur le pouvoir d'achat, le soutien aux plus faibles. 
Les  nouveaux usages de consommation des Bordelais confinés ont été observés pendant la crise, voire accompagnés. Favoriser la consommation dans les commerces locaux, relocaliser la production alimentaire pour encourager les circuits courts, ceux qui ont été tellement sollicités par les Bordelais, les Métropolitains durant la crise. Phénomène qui s'est révélé partout dans l'hexagone. Il en restera autant d'évolutions dans le nouveau projet qui n'est pas encore finalisé, écrit, mais qui sera diffusé prochainement.  
Il a bien fallu faire le tri dans les propositions de chaque liste pour en mettre en lumière quelques unes et en abandonner d'autres. Les Marcheurs ont convaincu de végétaliser le quartier Mériadeck qu'ils priorisent comme un poumon vert de la cité bordelaise.

Si on fait un effort sur Meriadeck mon projet de piscine sur les quais n’est peut-être plus la priorité.
Nicolas Florian - maire sortant, candidat tête de liste.

Un pas aussi en direction de l'équipe du parti présidentiel, la révision du projet de Rue Bordelaise dans le nouveau quartier Euratlantique près de la gare St-Jean, pour qu'il y ait moins de commerces au final. Sur la liaison aérienne Air France entre Bordeaux et Orly, donc le sort est en suspens, le maire de Bordeaux plaide pour une réduction de la fréquence plus qu'un arrêt. 
Au plan politique et car la métropole et sa gouvernance décident de beaucoup de dossiers, on aurait pu croire le maire de Bordeaux candidat intéressé par sa présidence comme son prédecesseur Alain Juppé. Mais il a anoncé devant la presse qu'il renonce à briguer ce fauteuil convoité.

Je veux être à 100% Bordelais.
Nicolas Florian - maire sortant, candidat tête de liste.


Voilà quelques pistes communes, il faudra attendre la semaine prochaine pour avoir le détail du programme. Mais la philosophie du projet se dégage déjà.

Economie et écologie comme plan de relance

L'axe majeur de la relance pour cette économie qui a souffert de la crise sanitaire passe par l'association économie et écologie. " Ça marche. Beaucoup d'entreprises vont devoir arrêter , il faut créer de nouveaux emplois verts. " prédit Alexandra Siarri, adjointe au maire. Bordeaux comme une cité de la transition modèle.
La politique des deux alliés porte aussi sur la cohésion sociale, en visant l'autonomie et la capacité donnée aux citoyens d'y arriver. Pendant la crise, avec la chambre d'agriculture, un travail a été réalisé pour que des produits frais soient fournis aux épiceries sociales à prix coûtant. Autant d'iniatives qui devraient fructifier à l'avenir. 

Ceux qui partent, ceux qui arrivent

Le détail de la liste d'union n'a pas été communiqué par les candidats toujours en attente de la validation par la préfecture. Mais à en croire les membres de l'équipe, " Ça a été douloureux. "
Brigitte Collet, adjointe à la petite enfance et la famille, soutien d'Emmanuel Macron de la première heure doit laisser sa place. Un retrait " pas du tout volontaire " écrit-elle sur Twitter. Mais trois mandats, 18 ans de présence à la mairie, on peut être plaidé en sa défaveur quand la nouvelle liste annonce des temps nouveaux. 
Emilie Kuziew en charge du quartier Bordeaux sud, ou encore Arielle Piazza, adjointe aux sports, ne font plus partie de la liste.Quelques noms, mais il fallait libérer 13 places en tout pour les Marcheurs. Ce qui explique peut-être le départ de Benoit Simian, député du Médoc, élu sous l'étiquette LaRem en 2017, aujourd'hui membre du mouvement radical. 
 
Une figure nouvelle fait son entrée, Julia Mouzon, coordinatrice du projet municipal de Nicolas Florian, arrivée de Paris il y a 7 ans. 
   
Une nouvelle équipe que l'on connaîtra probablement dans la soirée après validation de la préfecture. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter