Cet article date de plus de 3 ans

Bordeaux s’attend à des sanctions après les débordements lors du match Girondins/OM

Terrain envahi après le coup de sifflet final, utilisation de fumigènes, supporteur des Girondins blessé par un pétard agricole, le match Bordeaux-Marseille a été également très animé en tribunes. Avec des suites à la clé.

Pour les supporteurs des Girondins, la réception de Marseille est toujours un moment à part. Voire inoubliable comme en janvier 1999.
Pour les supporteurs des Girondins, la réception de Marseille est toujours un moment à part. Voire inoubliable comme en janvier 1999. © Nicolas Morin
C’est une scène surréaliste qui s’est déroulée quelques minutes après le coup de sifflet final. Sans vraiment être gênés par des stadiers marseillais passifs, plusieurs dizaines de fans de l’OM ont sauté sur le terrain avec l’envie d’en découdre avec les Ultramarines. Il a fallu l’intervention des stadiers de Bordeaux, très réactifs eux, et des forces de l’ordre pour les faire remonter dans leur tribune. Car les fans bordelais étaient eux-aussi descendus sur la pelouse pour venir au contact. L’affrontement a été évité de justesse. Un ultra bordelais raconte : 

Ils ont enjambé les barrières et avancé jusqu’au rond central. On a dû faire de même pour se protéger. Les stadiers ont évité tout contact. Dommage, on aurait pu leur mettre deux ou trois beignes.  

L’affaire ne va pas en rester là, les supporteurs de Marseille ayant déjà tenté d’envahir le terrain à Monaco l'été dernier. Jeudi, lors de la réunion hebdomadaire de la commission de discipline, ce dossier sera mis à l’instruction et ses sanctions sont probables contre l’OM.
 

Des fumigènes interdits dans l'enceinte du stade

Autre affaire, qui concerne directement les Girondins cette fois-ci, l’utilisation d’engins pyrotechniques par les Ultramarines dans le virage Sud. Les fans bordelais qui célébré leur trentième anniversaire en ont allumé près d’une centaine, ce qui est strictement interdit pour des raisons de sécurité. Le club va écoper d’une forte amende. Dans le même cas de figure, il y a deux ans et demi lors des adieux au stade Chaban-Delmas, la facture était montée à 50 000 euros. Par ailleurs, toujours dans le virage sud, l’explosion d’un pétard agricole a gravement blessé à la main un jeune supporteur bordelais âgé de dix-sept ans. Responsable de sa sécurité, Bordeaux va donc devoir rendre des comptes. Il s’agira aussi de savoir comment ces fumigènes ont pu entrer dans l’enceinte, dimanche ou samedi lors de la préparation du tifo géant, alors que le match était classé à haut risque par la préfecture de la Gironde.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
girondins de bordeaux football sport