• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Bordeaux : le fils de l'otage Sophie Petronin demande une action rapide du gouvernement

Sophie Pétronin est détenue par ses ravisseurs depuis le 24 janvier 2016 (ici une photo datée de juillet 2017) / © AFP PHOTO / SITE Intelligence Group
Sophie Pétronin est détenue par ses ravisseurs depuis le 24 janvier 2016 (ici une photo datée de juillet 2017) / © AFP PHOTO / SITE Intelligence Group

Dans un communiqué, le JNIM qui maintient l'otage bordelaise Sophie Pétronin en détention depuis bientôt deux ans, l'état de santé de cette dernière subirait "une détérioration rapide". Son fils, Sébastien, demande une action du gouvernement.

Par Maïté Koda

Le communiqué date du 10 novembre et est signé Jama'at Nusrat al-Islam wal Muslimeen (JNIM), un groupe affilié à Al Qaïda. Ce groupe détient en otage la travailleuse humanitaire bordelaise Sophie Pétronin depuis le 24 décembre 2016, date de son enlèvement à Gao, au Mali.
 


Les ravisseurs rejettent la faute sur le gouvernement français

"Nous voudrions signaler à la famille de l'otage que la jama'a n'est pas responsable de cette calamité qui frappe Sophie", poursuivent les ravisseurs, rejette la faute sur  le  gouvernement français, dont "l'obstination" n'a pas permis aux négociations d'aboutir.

Le communiqué présente également des "excuses" au fils de Sophie Pétronin, pour "ne pas lui avoir permis de rendre visite à sa mère".

 

 

Sophie Pétronin malade du paludisme

Sébastien Pétronin avait déjà fait part de sa volonté de rendre visite à sa mère pour lui porter compléments alimentaires et médicaments, Sophie Pétronin souffrant du paludisme depuis plusieurs années.
Une visite qui n'a jamais eu lieu, en dépit des négociations entamées.

La dernière vidéo datée de Sophie Pétronin remonte au 6 septembre. La septuagénaire, qui apparaissait affaiblie, en appelait à Emmanuel Macron.
 
Sébastien Pétronin, son fils, ne supporte plus cette situation. Il exhorte l'Etat à agir rapidement :
 
Le fils de Sophie Pétronin exhorte le gouvernement à agir.

 

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus