Bordeaux : le traficant de drogue Sofiane Hambli, remis en liberté, devra pointer au commissariat

Le trafiquant de drogue et informateur de la police Sofiane Hambli, mis en examen samedi pour "tentative d'importation de stupéfiants" et "association de malfaiteurs", a été placé mardi sous contrôle judiciaire. Il avait été interpellé il y a une semaine à Bordeaux.
Le suspect a été interpellé et placé en garde à vue à l'hôtel de police de Bordeaux.
Le suspect a été interpellé et placé en garde à vue à l'hôtel de police de Bordeaux. © Ch. Lehesran

    "Il a recouvré la liberté", a indiqué à l'AFP Me Hugues Vigier, son avocat. Me Vigier avait demandé un débat différé sur la question de sa détention éventuelle, qui s'est tenu mardi devant une juge des libertés et de la détention de Bobigny (Seine-Saint-Denis). "Elle était très à l'écoute, a tenu un vrai débat", s'est-il
félicité.

    A son terme, M. Hambli a été placé sous contrôle judiciaire. Libre, il doit néanmoins se soumettre à plusieurs obligations, notamment pointer au commissariat de Bordeaux, a précisé Me Vigier. Le parquet de Bobigny peut faire appel de cette décision.

"Je conteste tout"

    Déjà lourdement condamné, M. Hambli a été une nouvelle fois interpellé il y a une semaine à Bordeaux dans une affaire de trafic de drogue. A l'issue de sa garde à vue, il a été mis en examen samedi pour tentative d'importation de stupéfiants et association de malfaiteurs afin de commettre un délit puni de 10 ans d'emprisonnement en état de récidive légale, selon le parquet de Bobigny. "Il conteste tout", a indiqué son avocat.

    Le 14 novembre, dans la même procédure, un prénommé "Kamel" a été "mis en examen et placé en détention provisoire pour transport, détention, offre ou cession, acquisition et importation non autorisés de stupéfiants et participation à une association de malfaiteurs", selon le parquet. Il s'agit d'un personnage-clé dans l'enquête sur les pratiques controversées de l'ex-patron de la lutte antidrogue François Thierry.

Une opération de livraison surveillée

    L'affaire, qui a conduit au remplacement de l'Ocrtis par l'Ofast (Office anti-stupéfiants) en 2019, remonte au 17 octobre 2015. Ce soir-là, une équipe de douaniers découvre sept tonnes de cannabis dans des camionnettes garées boulevard Exelmans à Paris. Mais rapidement des soupçons ternissent l'opération lorsque la justice découvre que la cargaison s'inscrivait en réalité dans une opération de livraison surveillée, théoriquement encadrée par l'Ocrtis, dirigé par le commissaire François Thierry.

    L'opération s'est appuyée sur Sofiane Hambli, qui aurait selon la justice monté une organisation de trafic de grande envergure, pour son compte personnel. Lui soutient n'avoir joué qu'un simple rôle de "logisticien".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité justice faits divers drogue