Campus de Bordeaux : une marche revendique plus de sécurité après le viol d'une jeune femme

Publié le Mis à jour le
Écrit par Amy Mc Arthur

Une marche revendicative a eu lieu hier soir sur le campus de l'université Bordeaux Montaigne avec des lampes torches. Les étudiantes réclament plus d'éclairage et des aménagements d'urgence dans les zones sensibles du domaine universitaire après le viol d'une jeune femme fin novembre dernier. 

"Agresseurs et violeurs, à vous d'avoir peur !"

Un message fort porté par plusieurs centaines de personnes mercredi soir. Elles défilaient sur le campus de Bordeaux-Montaigne entre l'arrêt de tram Doyen-Brus et les logements CROUS qui se trouvent à proximité, équipées de lampes torches ou de guirlandes. 

C'est dans cette zone peu, voire pas du tout éclairée qu'une étudiante a été violée dans la nuit du 26 novembre. Les manifestants réclament plus d'aménagements pour éviter qu'un tel événement ne se reproduise.

"Y'a tout types d'agressions parce que ce lieu n'est pas du tout éclairé du coup ça nous met dans une position d'insécurité totale et on se sent vulnérables, " explique Alice, étudiante en master 1 droit social. 
 

Un sentiment d'insécurité 

Elle cite l'exemple d'amies victimes d'agressions, mais qui ont "réussi à s'enfuir." D'autres étudiantes participant à la marche évoquent quant à elles un homme "très lourd" qui les a suivi à plusieurs reprises. Elles parlent elles aussi d'un sentiment d'insécurité

"Pour moi, c'est pas normal d'avoir peur d'aller en cours, de rentrer chez soi, d'avoir toujours une bombe de poivre sur soi..." souligne une étudiante. 

Les marcheuses et marcheurs demandent davantage de mesures pour assurer la sécurité des femmes sur le campus. L'éclairage figure en premier plan. 

Face à ces demandes, l'université a décidé de prendre des mesures pour sécuriser le campus : une caméra va être installée au niveau de l'arrêt de tram de Doyen Brus pour surveiller jour et nuit, un chiffrage a été lancé pour une amélioration de l'éclairage, et des rondes de police ont été mises en place.

Les travaux devraient commencer en 2019, et une réunion se tiendra en janvier pour discuter des moyens à court terme pour sécuriser un peu plus le campus.