Ces chauffeurs-routiers girondins bloqués en Angleterre à la veille du réveillon de Noël

Plusieurs milliers de routiers attendent de pouvoir traverser la Manche pour rentrer chez eux. Parmi eux, 7 conducteurs girondins de l'entreprise Veynat. Au sein du groupe, c'est la mobilisation générale pour tenter de les rapatrier au plus vite.

L'entreprise de transports Veynat, installée à Tresses en Gironde, mobilisée pour le rapatriement de ses 7 conducteurs bloqués en Angleterre
L'entreprise de transports Veynat, installée à Tresses en Gironde, mobilisée pour le rapatriement de ses 7 conducteurs bloqués en Angleterre © P.Lecuyer/F3Aquitaine

"Il paraît qu'ils vont venir faire des tests dans les camions mais les tests sont bloqués dans les bouchons. Donc à mon avis on va pas être testé aujourd'hui" se désole l'un des sept chauffeurs des transports girondins Veynat bloqué en Angleterre depuis le début de la semaine.

Deux des sept camions Veynat bloqués en Angleterre sont parkés le long de la N20 à l'entrée de Folkestone où ils espèrent prendre le shuttle.
Deux des sept camions Veynat bloqués en Angleterre sont parkés le long de la N20 à l'entrée de Folkestone où ils espèrent prendre le shuttle. © P.Lecuyer/F3Aquitaine

Pierre-Olivier Veynat, son patron, l'appelle régulièrement pour prendre des nouvelles et tenter de lui en donner. Là-bàs, outre-manche, ils se sentent abandonnés. "Hier soir ils nous ont donné un paquet de chips et un petit paquet de gateaux puis une petite barquette de pâtes. J'ai encore de quoi tenir deux jours mais après c'est fini, j'ai plus rien".

Son camion est parké le long de l'autoroute N20, à une dizaine de kilomètres à l'entrée de Folkestone, là où se trouve l'accès au tunnel sous la Manche.

"Personne ne vient, on est là comme des chiens, tous, les polonais, les hongrois. Personne ne sait rien, on est là comme des cons. Et si le test n'est pas bon on va rester 10 jours dans les camions ?" s'inquiète t-il auprès de son patron qui tente de le rassurer. "Il n'y a pas de raison qu'il ne soit pas bon, vous êtes dans votre camion, vous avez juste fait une incursion, vous n'avez pas vu grand monde". 

Pierre-Olivier Veynat a promis à ses chauffeurs de tout faire pour leur permettre de rentrer d'ici jeudi soir. "Les traversées vont reprendre" dit-il. 

Sur les ordinateurs des Transports Veynat, on scrute les images des caméras de vidéosurveillance des autoroutes anglaises. 4000 camions sont bloqués ici dans le comté de Kent avant l'entrée du shuttle.
Sur les ordinateurs des Transports Veynat, on scrute les images des caméras de vidéosurveillance des autoroutes anglaises. 4000 camions sont bloqués ici dans le comté de Kent avant l'entrée du shuttle.

Le trafic a bien repris ce mercredi mais au compte-goutte. Ne pourront traverser que les conducteurs testés négatifs. Certains sont encore bloqués à l'entrée de Londres et ont interdiction d'avancer pour éviter de surcharger les routes déjà trop encombrées.

"Tout est arrivé brutalement, sans préavis. Ils sont livrés à eux-mêmes, c'est important qu'ils sachent qu'on s'occupe d'eux pour les rapatrier. L'enjeu pour nous maintenant c'est de pouvoir les ramener pour qu'ils puissent passer Noël en famille". 

L'entreprise va prendre en charge le coût du test qui s'élève à 130 voire 350 euros là-bàs. Elle va aussi devoir assumer les pertes liées à ce blocage. "On a sept camions et sept chauffeurs immobilisés qui auraient dû recharger et revenir en France, c'est de la perte sèche" se désole Pierre-Olivier Veynat.

Regardez le reportage de Margaux Dubielh et Pascal Lecuyer à Tresses chez le transporteur Veynat :

Ces chauffeurs-routiers girondins bloqués en Angleterre à la veille du réveillon de Noël

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie coronavirus/covid-19 société