Circulation à Bordeaux : comment limiter les bouchons sur la rocade ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Chauwin .

Bordeaux, son vin et ses bouchons ! La métropole est l'une des plus embouteillées de France. Un groupe de travail a planché sur le problème. Des solutions ont été imaginées par Bordeaux Métropole et la préfecture.

Jusqu'à 140 000 véhicules empruntent chaque jour la rocade bordelaise. Un chiffre à la hausse. L'attractivité de la capitale néo-aquitaine entraine mécaniquement une augmentation du nombre de véhicules sur les routes. La rocade bordelaise est désormais congestionnée de 6h le matin à 10h dans sa partie la plus fréquentée. Selon une enquête réalisée en février 2022 par la société TomTom, spécialisée dans le GPS,  Bordeaux serait la quatrième ville de France la plus embouteillée. 

La rocade est un nœud essentiel. Au Nord, l'A10 arrive de Paris, au Sud, l'A62 mène à Toulouse, l'A63 à l'Espagne. L'axe absorbe le trafic métropolitain, les trajets domicile-travail, le trafic national mais aussi un trafic de transit. Un groupe de travail a réfléchi à une série de solutions pour fluidifier la circulation, améliorer la sécurité et simplifier les déplacements du quotidien. Elles étaient présentées  ce mardi 27 septembre à la presse.

Les gens en ont ras-le-bol de voir des embouteillages, le temps qu'ils perdent et la pollution que ça peut générer. Il faut trouver des solutions, surtout rapidement.

Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole

La mise à 2X3 voies sera achevée en 2023 entre les échangeurs 4 et 16. 

Les élus voulaient des réponses rapides à mettre en œuvre. 

Une voie réservée au covoiturage et bus

La première piste cible les automobilistes seuls dans leur voiture. Au Nord-est, le taux moyen d'occupation des véhicules est de 1,1. 

Les bouchons très importants à l'entrée Nord de Bordeaux sont en grande partie, liés aux personnes seules dans leur voiture, plus qu'aux poids lourds

Christophe Noël du Payrat, Secrétaire général de la préfecture de Gironde

Les élus métropolitains se sont prononcés pour une voie (celle de  gauche) réservée au covoiturage et aux transports en commun sur l'autoroute A 10 et uniquement au transport en commun sur la rocade.

La solution est déjà testée entre les échangeurs 13 et 14. Elle sera étendue des bretelles 40a à 45. 

Avec des temps raccourcis et des horaires connus, les bus et cars pourraient attirer davantage d'usagers. 

" Si vous savez que votre bus va partir à telle heure, et arriver à telle heure, vous aurez plus tendance à le prendre que si vous ne savez pas quels sont les horaires", résume Alain Anziani. 

" Ca marche à Grenoble, ça marche à Genève, ça marche à Lyon. C'est un système qui permet de modifier si ca ne marche pas. On change la signalisation par les moyens informatiques, on ne s'entête pas dans une impasse", insiste-t-il

"Il faut donner une prime et accompagner ce changement culturel pour favoriser le covoiturage, l'inciter par des outils numériques, des parkings relais plus nombreux et bien placés et donner un petit bonus de réserver une voie pour sécuriser le parcours et avoir un avantage en temps" complète Christophe Noël du Payrat Secrétaire général de la préfecture de Gironde

Interdiction de doubler pour les poids lourds

La seconde piste vise les poids lourds. Ils sont entre 6 et 18 000 chaque jour à utiliser la rocade, certains en transit. Dès le début 2023, Ils n'auront pas le droit de doubler sur une grande partie de la rocade entre les échangeurs 1 à 15 dans un premier temps. Les bretelles des grands échangeurs n'ont pas été inclues pour éviter "l'effet mur" , une longue file indienne de camions qui pourrait être dangereuse. 

La mesure sera testée pendant au moins un an. Un comité de suivi composé d'élus, des forces de l'ordre, des gestionnaires routiers, professions du transport en tirera un bilan.  

A l'entrée sud de Bordeaux, le prix du péage sur l'autoroute A 63 sera modulable, incitatif aux heures creuses, dissuasif aux heures de pointe.

Et le grand contournement ? 

L'idée n'est pas abandonnée mais elle ne répond pas à l'urgence de la situation. La solution à l'étude est celle d'un barreau routier uniquement réservé aux poids lourds. Un axe alternatif qui irait de Langon à Mussidan pour alléger la partie Nord.

De quoi réjouir Patrick Bobet, maire du Bouscat 

Le grand contournement, il faut le laisser tomber. C'est beaucoup trop mortifère pour l'environnement. Un barreau de 50 à 80 kilomètres au Nord entre Mussidan et Langon  est une solution très intéressante pour déporter un maximum de camions.  Et pourquoi pas au Sud entre l'A62 et l'A63. 

Patrick Bobet, maire du Bouscat, élu métropolitain d'opposition

Consulter le dossier de presse complet sur le site de Bordeaux Métropole. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité