Comment s'organise ce deuxième confinement pour les étudiants restés sur le campus de Bordeaux ?

Près de la moitié des étudiants logés dans les résidences du Crous Bordeaux-Aquitaine sont restés chez eux pour ce deuxième confinement. Entre cours en ligne et repas à emporter, comment la vie s'organise-t-elle sur le campus ? 
 
Jeraud Akouedji, étudiant en master d'économie à Bordeaux, vit ce confinement plus facilement que le premier.
Jeraud Akouedji, étudiant en master d'économie à Bordeaux, vit ce confinement plus facilement que le premier. © France 3 Aquitaine
"J'ai appris de toutes les difficultées que j'ai eu l'année dernière lors du premier confinement", explique Jeraud Akouedji, étudiant en master d'"Intelligence économique et innovation des territoires" à Bordeaux. 

S'il s'est habitué à suivre les cours à distance, l'étudiant reconnaît que côté technique,"c'est un peu compliqué, on est souvent confronté à des soucis de dysfonctionnement de Zoom...Et quand on est seul, on est un peu déconcentré."

Combien d'étudiants sont restés ? 

Un peu plus loin dans le couloir, le directeur de la résidence fait du porte-à-porte. Son but est de recenser le nombre d'étudiants encore présents, et de s'assurer qu'ils vivent bien la période. 

"Le confinement impose qu'ils soient isolés dans leurs logements, donc ce n'est pas une situation forcément évidente, les cours à distance non plus. Il y a aussi l'aspect financier, avec des jeunes gens qui ont perdu leur travail et leurs revenus. On doit compenser, c'est là que le Crous est important", souligne Philippe Charriton. 

"D'après nos premières estimations, 40% à 50% des étudiants qui résident dans les logements universitaires sont restés sur place", avance le directeur général du Crous Jean-Pierre Ferré. Le Crous dispose de 10 000 logements à Bordeaux, Pau, Bayonne, Agen, Périgueux...

Des repas à emporter à restau U 

Alors qu'ils avaient dû cesser toute activité pendant le premier confinement, les restaurants universitaires peuvent aujourd'hui continuer à cuisiner.

En revanche, pas question de manger sur place : les repas sont servis " à emporter", midi et soir.  Ils sont proposés à 3,3 euros, et 1 euros seulement pour les boursiers, depuis la rentrée de septembre. 
 

• VENTE A EMPORTER • L'ensemble de nos Crous Restos' sont fermés au public. La restauration assise n'y est plus...

Publiée par Crous de Bordeaux-Aquitaine sur Vendredi 30 octobre 2020


Un service apprécié par les étudiants restés sur place. " Le RU, ce n'est pas très cher pour un repas, donc c'est avantageux qu'il reste ouvert" réagit un jeune homme. 

"Sur l'ensemble du Crous, nous sommes à 600 repas par jour, contre 10 000 en temps habituels, donc nous sommes largement en dessous de nos capacités", relève Pascal Mergui, qui dirige le site de restauration du Crous sur campus Pessac-Gradignan. 

→ RegardeZ le reportage d'Amy Mc Arthur et Pascal Lécuyer : 
Bordeaux : comment les étudiants vivent-ils confinés dans leurs résidences ?

Un accompagnement social et psychologique renforcé

"Le Crous de Bordeaux-Aquitaine emploie dix assistantes sociales, les étudiants peuvent prendre rdv en ligne en cas de difficultés", indique aussi le directeur général Jean-Pierre Ferré. 

D'autre part, les étudiants boursiers percevront au début du mois de décembre une aide d'urgence de 150 euros. 

Et pour ceux qui rencontrent des difficultés psychologiques, il est possible de rencontrer gratuitement une psychologue de l'association Apsytude, avec ou sans rendez-vous. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société coronavirus/covid-19 université éducation