Confinement : beaucoup d'appels à Police Secours en Gironde

À l'annonce du confinement, le nombre d'appels au 17, a plus que doublé dans l'agglomération bordelaise.
Jusqu'à 1220 appels par jour : demandes de renseignement, violences intrafamiliales, et même "signalements" de personnes pour non-respect du confinement. Police Secours est très sollicitée.

Police Secours
Police Secours © Denis Salles
Il est un peu moins de 11 H, ce dimanche matin. Au bout du fil, un Bordelais confiné. 
Il signale du tapage dans un commerce voisin. Il soupçonne une fête, un rassemblement, en tous cas, des faits qui semblent aller à l'encontre des règles de confinement.
Des appels de ce genre, Police Secours en reçoit beaucoup depuis 4 semaines. 
Certains y verraient de la délation, Eric Krust, le Chef d'État-major de Police Secours en Gironde, préfère y voir :

Des citoyens inquiets face à des comportements non-conformes. Nous recevons beaucoup d'appels de riverains très respectueux du confinement, qui signalent des regroupements de personnes dans des parties communes ou des rassemblements.


Cette fois, la patrouille dépêchée sur les lieux n'a rien constaté de suspect. 

1200 appels par jour


Une cinquantaine de fonctionnaires de police se relaie nuit et jour et 7 jours sur 7 pour répondre au 17.

À l'annonce du confinement nous avons enregistré entre 1000 et 1200 appels par jour. Nous avons même connu un pic à 1220 appels en une seule journée. 
C'est le double de ce que nous recevons d'habitude, précise Eric Krust


Au bout du fil, beaucoup de demandes de renseignement sur les attestations dérogatoires de déplacement. Dans quelles conditions les sorties sont autorisées, tolérées ou interdites ?

C'est un réflexe naturel, concède Eric Krust, même si nous nous évertuons à rappeler que le 17 est une ligne dédiée aux secours d'urgence des personnes et des biens et qu'on ne peut pas la dévoyer pour des demandes de renseignements. Mais nous nous sommes pliés à cet exercice bien volontiers, parce que la situation est exceptionnelle.


Inquiétant, depuis le début du confinement, les agents de Police Secours ont vu bondir le nombre d'appels pour des faits de violences conjugales ou familiales

Entre le 16 mars et le 6 avril, les interventions pour des suspicions de violences intrafamiliales ont augmenté de plus de 70 %. 
Il faut dire que nous intervenons dès les premières insultes ou menaces. Nous n'attendons pas les coups.

© C. Le Hesran - France 3 Aquitaine

Il y a toujours, au minimum, 7 fonctionnaires de police pour répondre au téléphone. Mais en cas de besoin, une vingtaine d'agents peut être mobilisée..

Nous nous sommes réorganisés pour pouvoir faire face aux éventuels arrêts maladie de nos opérateurs. Nous pouvons compter sur des renforts et sur les efforts d'engagement de tous les policiers.

Pas d'appel extravagant

Les opérateurs ont l'habitude de répondre à toutes sortes d'appels, étonnants, déroutants, marrants... 
Mais depuis le début de cette pandémie, et du confinement, le Chef d'État-major de Police Secours en Gironde, n'a pas relevé d'appel extravagant. 
Tout juste se souvient-il d'une intervention peu banale

L'interpellation d'une personne, qui avait en sa possession 200 grammes de résine de cannabis. C'est beaucoup, pour un simple consommateur. Il a déclaré en avoir acheté plus que d'habitude, pour respecter le confinement.


Le dealer présumé, a donc été confiné quelques heures en garde à vue.
 
Image d'illustration
Image d'illustration © Cécile Gauthier

Après quatre semaines de confinement, le nombre d'appels a commencé à revenir à la normale.

Un numéro vert 


Police Secours. a vu les demandes de renseignements, diminuer depuis qu'un message d'accueil est diffusé à chaque appel, invitant à composer le 0 800 130 000, pour toute question liée au coronavirus. Un numéro vert et gratuit ouvert 7 jours sur 7 et 24 h sur 24.

Mais nous recevons toujours entre 700 et 800 appels par jour, rappelle Eric Krust. Soit entre 15 % et 30 % d'appels supplémentaires par rapport à d'habitude.

Des questions sur les autorisations de sorties pour les personnes en situation de handicap, pour leur accompagnateur, plus récemment les dérogations accordées pour l'achat de semis pour les potagers ou pour l'adoption d'animaux.

Chaque nouvelle annonce du gouvernement, chaque aménagement des règles de confinement entraînent une hausse significative du nombre d'appels, reconnait Eric Krust, mais, nous sommes, maintenant, configurés pour ça


La, très attendue, allocution télévisée du Président de la Républque Emmanuel Macron, lundi soir ne devrait pas déroger à la règle.
Le 17 s'y prépare.











 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus - confinement : conseils pratiques santé société police sécurité