Don du sang : pourquoi les donneurs basques, d'origine africaine ou caribéenne, sont très recherchés

Du 29 janvier au 4 février 2024, l’Établissement français du sang (EFS) lance une nouvelle édition de sa semaine de sensibilisation aux groupes sanguins rares. Les personnes d’origine africaine ou caribéenne sont plus susceptibles d’avoir un sang très recherché pour la transfusion en France, tout comme les Basques.

Une nouvelle fois, l'Etablissement Français du sang fait appel à votre générosité. L'EFS recherche des volontaires pour tendre le bras quelques instants et se faire prélever du sang. Un acte qui permet de participer à la collecte nécessaire aux soins de milliers de personnes dans les hôpitaux, chaque année.

En Nouvelle-Aquitaine, ce sont plus de 5 500 dons qui doivent être recueillis cette année pour soigner les malades, que ce soit à la suite d’une chimiothérapie, d’une hémorragie causée par un accident de voiture ou encore dans le cadre d’un traitement contre une maladie génétique. 
"Lorsqu’une transfusion doit être réalisée, il faut trouver un produit sanguin compatible avec le sang du patient, c’est-à-dire le plus proche possible de ses caractéristiques sanguines", précise l'EFS. Une "compatibilité est essentielle pour que la transfusion soit efficace et éviter des complications graves".

390 groupes sanguins


Au-delà des groupes A, B,  AB et O accompagnés de leurs rhésus positif ou négatif, on compte en fait près de 390 groupes sanguins, dont 250 considérés comme rares."En France, un groupe sanguin est rare lorsqu’il concerne moins de 4 personnes sur 1 000", précise-t-on à l'EFS.  Ce qui veut dire que pour "soigner les personnes porteuses de groupes sanguins rares, l’EFS recherche des personnes qui ont des caractéristiques sanguines similaires".

Il existe une sorte de géographie des groupes sanguins. Par exemple, le rhésus négatif, très fréquent en Europe, est presque inexistant sur le continent asiatique. De nos jours, la population française est un creuset de personnes aux origines multiples. On estime que "700 000 à un million de personnes sont porteuses de groupe sanguin rare", notamment celles originaires d’Afrique subsaharienne, ou des régions et départements d'Outre-mer.

Vaincre la drépanocytose

Il s'agit donc de disposer de dons de sang permettant d'assurer un soin sur-mesure, au plus près de celui des patients. Certaines pathologies, comme par exemple la drépanocytose, "touchent majoritairement des personnes d’origine africaine ou antillaise". Cette maladie génétique très fréquente en France, "se caractérise par une malformation des globules rouges qui entraîne de graves répercussions, comme des crises vaso-occlusives qui peuvent être très douloureuses". Le traitement de cette maladie implique "un recours régulier à des transfusions de globules rouges, parfois toutes les trois à quatre semaines", précise l'EFS.

O-, le sang des Basques ?

 À Espoey, en Béarn, Joël Calmant sait que l'EFS a régulièrement besoin de dons. Son groupe, O positif, est assez recherché, car il peut être donné à tous les receveurs rhésus positif. Il a, pour sa part, eu le déclic le jour de l'accouchement difficile de sa fille qui a nécessité une transfusion. C'était il y a vingt ans. "Depuis ce jour-là je donne mon sang", explique-t-il.

durée de la vidéo : 00h01mn38s
Du 29 janvier au 4 février 2024, l’Établissement français du sang (EFS) lance une nouvelle édition de sa semaine de sensibilisation aux groupes sanguins rares et de rappeler que les personnes d’origine africaine ou caribéenne sont plus susceptibles d’avoir un sang très recherché pour la transfusion en France. ©France télévisions

D'autres, comme lui, ont fait le déplacement. Ils sont près de 80. Tous les dons sont les bienvenus, mais certains encore que plus que d'autres. Les réserves sont faibles, notamment pour le groupe 0 négatif, celui des "donneurs universels". C'est un fait connu, les Basques sont plus souvent porteurs de ce groupe sanguin : 15% contre 6% en général parmi la population française. On a même dit que ce groupe sanguin les aurait quelque peu "protégés" au début de la pandémie de Covid-19...

Du sang basque ou béarnais... En tout cas c'est dans les Pyrénées-Atlantiques que ce groupe rhésus est le plus représenté. C'est pourquoi, les bénévoles de l'association des donneurs de sang de Soumoulou se sont mobilisés et les collectes se poursuivent notamment en Béarn.

La campagne de sensibilisation

L'EFS cherche désormais à sensibiliser sur l'importance de ces groupes sanguins rares, pour que les donneurs concernés se mobilisent et passent la porte des différents lieux de collectes. Du 29 janvier au 4 février 2024, la campagne publicitaire sera notamment diffusée durant la Coupe d’Afrique des Nations. Des événements et collectes dédiées vont être organisés en France métropolitaine et dans les DROM.

Pour savoir où donner son sang, consultez le site de l’EFS ou l’application "Don de sang".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité