Girondins de Bordeaux : les réactions des supporters et dirigeants après la relégation anticipée en Ligue 2

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hugo Lauzy

Une nouvelle soirée de chaos est venue s'abattre dans le ciel des Girondins de Bordeaux, samedi 14 mai, avec le match nul concédé à domicile contre Lorient (0-0). Entre désaffection progressive et passion inépuisable pour les Marine et Blanc, les supporters et les dirigeants locaux ont encore du mal à expliquer les raisons de cette relégation en Ligue 2.

À 98% voire plus, les Girondins de Bordeaux n'évolueront plus en Ligue 1 la saison prochaine. Direction l'antichambre de la Ligue 2 pour l'exercice 2022-2023 avant de passer devant le gendarme financier de la DNCG en juin prochain.

Le résultat de samedi soir face à Lorient (0-0) n'a fait qu'empirer les choses en laissant une infime chance de résister à l'insurmontable. Celui de rattraper un déficit de 12 buts d'écart sur Metz et compter sur une défaite de Saint-Etienne pour éventuellement s'en sortir. 

Une illusion de plus dans la saison des Girondins qui devrait faire boire le calice de l'agonie d'un historique du football français jusqu'au bout à ses supporters. Si la direction actuelle est presque automatiquement désignée comme responsable immédiat, les maux sont bien plus profonds et résument une relation complexe depuis plusieurs années à tous les niveaux.

Une descente en Ligue 2 jugée "logique" pour les supporters

À l'image de l'ambiance tendue dans les tribunes, les supporters tirent un constat clair et net de la rencontre : "C'était un match de Ligue 2. Pas de jeu comme d'habitude, décevant tout simplement..." . D'autres regrettent le manque de réaction plus tôt dans la saison : "Je pense que c'est mort depuis bien longtemps déjà. [...] C'est pas ce soir qu'il fallait se bouger, c'était bien avant. Maintenant, il faut juste espérer qu'ils remontent en Ligue 1 dès l'année prochaine."

Sur la phase retour, le bilan comptable des Girondins est encore moins bon avec seulement 11 points récoltés que lors matches aller avec 17 unités à la trêve. Trop peu pour espérer remonter au classement et rester dans l'élite. "On a 140 ans d'histoire, on les a bien fêtés faut croire. Un coach qui est incapable de revoir ses compositions d'équipe, un milieu de terrain inexistant..."

Une logique incontestable pour certains tant la faiblesse des performances des Girondins est criante ces dernières semaines : "De très grosses difficultés à jouer vers l'avant avec un seul tir cadré sur tout le match. On ne peut pas avancer et on mérite la Ligue 2. On n'a pas vu un seul changement de rythme, d'envie et très compliqué dans le jeu. Forcément, on reste Girondins mais ça fait mal au cœur ce soir..."

"Faire une analyse assez humble et critique de ce qu'il s'est passé" 

Du côté du maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, la déception est également de mise pour celui qui avait soutenu le projet de rachat du président des Girondins, Gérard Lopez, lors de la vente du club en juillet dernier : "Je comprends la colère des supporters du club, mais il faut passer ce stade là. Nous devons apprendre tous de cette terrible saison."

Une remise en question des différents acteurs de l'environnement du club est aussi à mettre en place selon lui pour éviter de revivre les erreurs d'un passé récent à l'étage inférieur : "Les dirigeants, les partenaires politiques et économiques qui sont très impliqués dans le club, les supporters, les joueurs.  Il faut donc tirer collectivement et très rapidement les leçons de ce qui reste un échec. [...] Je pense également qu'au niveau de la direction du club, une analyse assez humble et critique de ce qu'il s'est passé est nécessaire pour vraiment éviter de s'ancrer en Ligue 2."

Cible d'une partie des supporters samedi soir, le président Gérard Lopez, absent au Matmut Atlantique, a lui aussi réagi brièvement : "Nous aurons une grande responsabilité pour répondre à la colère des supporters, faire le bilan et trouver les solutions pour remonter au plus vite. Je m'exprimerai à froid après la saison. Je continuerai à mettre, comme je l'ai toujours fait, toute mon énergie à sauver le club."

D'ici là, le dernier rendez-vous en Ligue 1 des joueurs de David Guion est pris sur la rade de Brest, samedi 21 mai à 21h, pour une ultime rencontre au goût très certainement amer. Le premier jour du reste de la vie des Girondins en deuxième division après 31 saisons consécutives au plus haut niveau du football français.