VIDÉO. Gradignan, la maison d'arrêt de la honte

en direct
Publié le

Ce n'est pas nouveau, mais la situation empire à la maison d'arrêt de Gradignan, commune voisine de Bordeaux en Gironde. Elle est parmi les prisons les plus surpeuplées de France. Le constat est alarmant. Pour aller plus loin, notre journaliste Nicolas Morin ouvre le débat en accueillant le député Renaissance de la Gironde Eric Pouillat et l'avocate pénaliste bordelaise Maud Sécheresse.

Au 1er octobre, la France comptait 72350 détenus, dont près de huit cents à la maison d'arrêt de Gradignan, près de Bordeaux en Gironde.



Avec un taux de + 212%, l'établissement pénitentiaire est l'un des plus surpeuplés et des plus vétustes du pays. Comment Gradignan est-elle devenue la prison de la honte ? Quelles conséquences pour les détenus, leurs familles et les personnels? Les solutions pour améliorer la situation, passent-elles par la création du nouvel établissement à partir de 2027 d'une capacité de 600 places contre 450 actuellement.

Et quelle est la situation ailleurs en Aquitaine, à Mont-de-Marsan où à Pau dans notre région ? Combien de temps faut-il pour construire une prison et pourquoi est-ce aussi long ?

Dimanche en Politique ouvre le débat

Deux invités y prennent part : 

Eric Poulliat, député Renaissance de la sixième circonscription de la Gironde. Il appartient donc à la  majorité présidentielle à L'Assemblée Nationale. Par ailleurs, rapporteur du budget de l'administration financière dans le Projet de Loi de Finances 2023.

Face à lui Maud Sécheresse, avocate pénalisée qui défend des détenus incarcérés à Gradignan. 

Selon le député, «la situation en termes de dignité humaine à Gradignan n'est pas acceptable. La privation de liberté ne doit pas être un lieu de mauvais traitement".

Pour l'avocate bordelaise, "cette prison est une honte absolue. À cause de la surpopulation, certains détenus n'ont pas les soins les plus élémentaires. Un tiers souffre de pathologie mentale et n'a rien à faire en prison".

Ils sont ainsi d'accord sur le constat d'une situation devenue au fil des ans de plus en plus critique.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité