Six bornes d’appel ont été installées, jeudi 17 février 2022, dans deux stations de tramway à Bordeaux, pour permettre aux victimes ou témoins de harcèlement d’alerter de la situation les agents du réseau de transport. Cette phase de test de trois mois doit s’étendre à toutes les stations et toutes les rames de la Métropole.

"On ne se sent pas super en sécurité, surtout le soir", témoigne une jeune femme rencontrée à Bordeaux. "Je sors au moins avec trois amis parce que j’ai peur, c’est pas serein la nuit", raconte une autre.

Dans la capitale girondine, "les faits de harcèlements et d'agressions sexuelles ont triplé entre 2012 et 2020", témoigne le maire EELV de Bordeaux, Pierre Hurmic.
Selon une étude nationale de 2015 du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, 100% des utilisatrices des transports en commun ont été victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement sexiste ou d'agression sexuelle.

Ainsi, depuis jeudi 17 février 2022, six bornes d’appel ont été installées à la station de tramway de la Victoire et de la Porte de Bourgogne –deux stations du centre-ville – pour permettre aux victimes ou témoins d’harcèlement de le signaler. Ce dispositif appelé "Demandez Angela" est en test durant trois mois et devrait s’étendre à toutes les stations et toutes les rames de tramway de la Métropole.

"Si c'est nécessaire, ils appellent la police"

La procédure est simple : une victime ou un témoin de comportements inappropriés, peut communiquer, via ces bornes, avec le poste d'information de la société de transports bordelaise TBM. L'agent contacté peut s’adresser ensuite au poste de commandement sûreté. "Ils peuvent voir ce qui se passe via les caméras de surveillance en station, explique Pierrick Poirier, directeur général de Keolis Bordeaux Métropole. Si c'est nécessaire, ils appellent la police, sinon ce sont nos agents qui se déplacent".

Jeudi, en phase de test, il aura fallu trente-six secondes au total avant que le service sûreté soit prévenu : des réglages sont encore à faire. Les personnels TBM sont accompagnés et sensibilisés par l’association d’aide aux victimes Cacis.

C’est important que les agents soient formés, sensibilisés à ce qu’est une violence sexiste et sexuelle. Donc, on leur apprend à repérer et à agir en tant que témoins.

Mélanie Maunoury - directrice de l’association Cacis

France3 Aquitaine

TBM expérimente également des bornes d'appel d'urgence dans 10 rames de tram.

Démonstration avec ce reportage de Denis Salles et Sylvie Tuscq-Mounet >

Bordeaux : "Demandez Angela" lancé en juillet 2021

À Bordeaux, "Demandez Angela" avait d'abord été lancé en juillet 2021 en partenariat avec des bars et restaurants de la ville. Toute personne harcelée peut ainsi alerter le personnel de ces 25 établissements identifiables grâce à un autocollant sur leur devanture, en "demandant Angela" pour ne pas éveiller les soupçons de son harceleur.

Liste des commerces et établissements partenaires du dispositif Angela : L'Iboat, La Dame, Théatro, La Guinguette Alric, Darwin, Ibaia, Les Chantiers de la Garonne, La Belle saison, Les Marquises, La Taupinière, Quartier libre, Le Fox bar, HMS, Le Grizzly Bar, House of Parliament, Minus, Magnus, La salle des fêtes du Grand Parc, Hangover Café, CEID, le réseau TBM, l'hôtel Radisson Blu, Au nouveau monde, La Tencha, Les halles de Bacalan, l'Hydrophobie, le Pourquoi Pas, centre commercial Mériadeck, Urban Kustom Shop.

Plusieurs autres villes en France, telles que Rouen, Caen ou Reims, ont aussi adopté ce système imaginé en 2016 au Royaume-Uni.