Ligue 1 : victoire 3-2 des Girondins contre Amiens malgré une fin de match difficile

Bordeaux, parti pour remporter une victoire confortable, s'est fait peur devant Amiens, vaincu méritant (3-2), mais enchaîne un quatrième succès de rang qui le replace dans la course à la 5e place, samedi soir, à l'occasion de la 25e journée de L1.

Mais qui arrêtera la bande de Gustavo Poyet ? Depuis qu'il a débarqué au Haillan, le technicien uruguayen ne finit plus de gagner et même dans les moments compliqués, comme en fin de partie samedi, ses joueurs ont conservé suffisamment de lucidité pour ne pas craquer. Mais il faudra corriger le tir la semaine prochaine à Marseille.

Amiens joue de malchance... 


Ce n'est pas passé très loin face au promu picard, pas veinard pour le coup. Les Amiénois, qui n'avaient plus marqué à l'extérieur depuis leur déplacement victorieux à Metz fin novembre, ont bousculé leurs hôtes, ont même inscrit deux buts mais cela n'a pas suffi.

Le foot est parfois cruel, a dû se dire leur entraîneur Christophe Pelissier. Surtout à la demi-heure de jeu quand son équipe, solide sur ses bases, imaginait le temps d'une action un plan à trois à une touche de balle, désarçonnant le bloc défensif girondin par une combinaison de Mendoza et Kakuta pour Fofana isolé à quatre mètres du but de Costil.

Une action "tableau noir" ne pouvant qu'aboutir à l'ouverture du score... mais Fofana, comme dans un bêtisier, s'emmêlait les pinceaux au moment de conclure et manquait le cadre.

...les Bordelais profitent de l'aubaine 


Jusque-là bien contenus, les Bordelais profitaient de l'aubaine et dans la minute suivante, sur un corner de Malcom, le jeune Koundé s'envolait au dessus d'Adenon et plaçait une tête imparable pour Gurtner (1-0, 31).

Visiblement marqués par le scénario, les Amiénois craquaient une deuxième fois suite à un dédoublement de Sabaly suivi d'un centre au deuxième poteau pour la tête tranquille et victorieuse de Lerager (2-0, 39).

Deux buts de la tête en huit minutes, pas vraiment dans les habitudes de la maison qui n'en avait pas inscrit un de la sorte lors de la phase aller.

Fin de match difficile 


Le temps passant, les Picards se montraient beaucoup plus entreprenants, et auraient même pu réduire la marque sur un centre de Kakuta pour la tête retournée de Fofana sans l'envol de Costil pour dévier le ballon sur sa transversale (75).

Comme dans un remake du premier acte, sur le corner suivant de Malcom dévié par Pablo, l'entrant Kamano triplait de près le capital aquitain (77).

Pour son activité, Mendoza était récompensé avec un but (80). De quoi donner des idées à ses coéquipiers et notamment Kakuta qui réduisait encore plus l'écart d'une tête sur un centre de Manzala (90).

Les six minutes de temps additionnel devenaient crispantes pour des Bordelais qui voyaient avec soulagement une reprise de Mendoza fuir leur but (90+4).
 
 

Gustavo Poyet se juge "responsable de cette fin de match"
"On a démontré aujourd'hui qu'une (seule) erreur peut affecter toute l'équipe. Après cette erreur (de Lukas Lerager), on a tout perdu, l'énergie, la concentration, et moi je n'ai pas fait les bons changements" analyse Gustavo Poyet après le match .

"C'était incroyable. A 3-0, je pensais que c'était OK, qu'on allait jouer, bien finir le match, mais le football est comme ça. Les dernières 15 minutes, c'était la folie mais on a quand même gagné. Je suis là pour aider les joueurs quand ça ne marche pas. Ce que j'ai essayé n'a pas fonctionné, je suis responsable de cette fin de match, à 3-1, car je mets un 5e défenseur" poursuit l'entraineur, qui estime qu'"au niveau mental, c'est un bon rappel avant d'aller à Marseille."
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité