DIRECT . Gilets jaunes à Bordeaux : débordements et casse dans le centre-ville

La situation a dégénéré place Pey Berland et Cours Victor Hugo en soirée où des casseurs se sont opposés aux CRS durant plusieurs heures.Des centaines de gilets jaunes s'étaient  donnés rendez-vous ce samedi 14 heures place de la Bourse pour une manifestation qu'ils souhaitaient sans casse.


Cet article sur le mouvement des Gilets jaunes à Bordeaux est mis à jour tout au long de la manifestation du samedi 8 décembre.

22h30


Le calme commence à revenir à Bordeaux. Les forces de l'ordre ont sécurisé les principaux lieux de tension et d'affrontements et dispersé la majorité des casseurs. Les pompiers sont toujours à l'oeuvre pour contenir plusieurs départs de feu.

De nombreux dégâts sont à déplorer, à l'image de cette agence postale, pillée par des casseurs.
  ​​​​​​​
 

22h00 

Les dégradations dans le centre ville ont touché les voies des Tram. Voici les indications de TBM et de la métropole. 
 

 

21h40


Selon la préfecture, la manifestation a rassemblé 4 500 manifestants. Les débordements ont entraîné 26 blessés à Bordeaux.
 

 

21h

Les forces de l'ordre sécurisent le cours Victor Hugo à Bordeaux 
 

20 h 30

La situation s'est tendue Cours Victor Hugo ce samedi soir. Les forces de l'ordre interviennent pour repousser les  casseurs vers les quais. Des véhicules ont été brûlés ainsi que du mobilier urbain. Voici le témoignage aussi sur place de notre reporter qui a assisté au pillage d'une banque.

 



19h30

Des groupes de casseurs maintiennent la pression face aux forces de l'ordre dans les rues de Bordeaux. Ils allument des foyers dans plusieurs points de la ville. 


19h​​​​​​20

La préfecture annonce 44 interpellations à Bordeaux et 25 personnes qui ont été placées en garde-à-vue.

Dans l'ensemble de la Nouvelle-Aquitaine, ce sont 68 personnes qui ont été interpellées et 39 qui ont été placées en garde-à-vue dans l'ensemble de la grande région.



Les affrontements se poursuivent dans le centre-ville de Bordeaux mais selon les gendarmes mobiles déployés sur place, la situation est en passe d'être maîtrisée.
 

18h45 


La place Pey Berland est entièrement bloquée par les forces de l'ordre. Elle s'est complètement vidée. Les manifestants restent sur le cours d'Alsace Lorraine.
Les forces de l'ordre sont séparées des manifestants par un brasier. Elles lancent régulièrement des charges.   

18h30

Les manifestants ont déserté la place Pey Berland pour se déplacer cours d'Alsace Lorraine La préfecture ne communique pas pour l'instant sur le nombre de blessés ni d'interpellations. Plusieurs départs de feu ont été allumés. 
   

L'hélicoptère présent depuis le début de la manifestation continue de surveiller le centre-ville. 
 


Des renforts de CRS se dirigent vers les lieux.

 

  ​​​​​​​


17 h 45


La situation est toujours sous tension place Pey Berland entre casseurs et forces de l'ordre. Une centaine de casseurs disséminés dans plusieurs rues qui donnent sur la place , sont toujours là pour en découdre avec les forces de l'ordre. Ces dernières avancent de 50 mètres en 50 mètres à chaque sommation. Des policiers sont juchés sur la cathédrale.

L'air est saturé de gaz lacrymogènes et est devenu irrespirable pour qui n'est pas équipé de masques. Un manifestant a eu la main arrachée.  Les interpellations se poursuivent. 

 


Des barricades faites de poubelles, de barrières et de palettes  ont été érigées devant la cathédrale Saint-André.
 
 

17 heures 15


Le face à face tendu entre CRS et manifestants dure depuis bientôt deux heures.  Les premières interpellations des casseurs ont lieu place Pey-Berland 
 

17 heures:

La situation reste tendue place Pey Berland. De nombreux tirs de gaz lacrymogènes obligent les gilets jaunes à se mettre à l'abri dans les rues adjacentes. Selon l'AFP, en plus des pavés et des projectiles en tout genre, ces dernières ont été victimes de cocktails molotovs.  

Certains manifestants ont entonné la Marseillaise face aux CRS
 

Dans les rues commerçantes de Bordeaux, de nombreux magasins baissent leurs grilles en prévention d'éventuels débordements, notamment rue Vital-Carles, et rue Sainte-Catherine. Certaines enseignes ouvrent et ferment au compte-goutte.
 



 

16 heures : 


Premiers face-à-face entre quelques casseurs et les CRS au grand désarroi de nombreux Gilets jaunes qui souhaitaient un rassemblement pacifiste et sans violence. Un petit groupe d'une dizaine d'individus lance des pavés et des fumigènes sur les forces de l'ordre qui répliquent avec des flash-ball.

La préfecture reconnaît quelques tensions sur la place mais assure  que la situation est sous contrôle.

 
 
 
 

 
 


 

15 heures 30 : 

Le cortège des gilets jaunes est toujours du coté de la mairie du du Palais de Justice. Les manifestants sont plus d'un millier, rejoints par des motards. Beaucoup se sont répartis tout autour de la cathédrale. Quelques manifestants ont lancé des fumigènes.


 


14 heures 30 : 

Le cortège de gilets jaune ne cesse de s'étoffer. Plus d'un millier de manifestants défilent dans les rues du centre-ville de Bordeaux, qui devenues  jaunes. Alors que les premiers manifestants sont désormais devant le Palais de Justice et se dirigent vers la mairie, tout en continuant de scander leurs slogans et d'appeler à la démission d'Emmanuel Macron, d'autres se trouvent toujours place de la Bourse. 

Aucun débordement n'est à signaler pour le moment. Un important dispositif de forces de l'ordre a été déployé. Un hélicoptère tourne autour de centre-ville. 
 
 


 

14 heures : 



L'Acte IV des Gilets jaunes Bordeaux a commencé à Bordeaux. Ce samedi, environ 400 gilets jaunes étaient rassemblés sur la place de la Bourse. Le rendez-vous était donné à 14 heures pour une manifestation.


Un peu avant l'horaire de départ, les manifestants se sont agenouillés, mains sur la nuque. Un geste qui rappelle la position dans laquelle ont été mis des lycéens de Mantes La Jolie dans les Yvelines lors d'une interpellation par la police.
 


Un geste par ailleurs repris par les lycéens qui s'étaient eux rassemblés place de la Victoire

 

"Pas de casse"

Pour les manifestants Gilets jaunes, le mot d'ordre était : pacifisme. Après les débordements du 1er décembre à Bordeaux, notamment place Pey Berland, tous appellent à une manifestation dans le calme et sans casse.

 

 
 
 

Bordeaux au ralenti




La ville de Bordeaux est au ralenti pour ce quatrième week-end de mobilisation des Gilets jaunes. Le village du Télethon à la Victoire a été annulé, le marché de Noël de la place Pey Berland a été démonté…
 



La circulation des tramways est également interrompue dans le centre-ville.
En plus des lycéens et des Gilets Jaunes, une marche pour le climat, dont le départ était donné à 14 heures sur le miroir d'eau est également organisée ce samedi.
 


​​​​​​​​​​​​​​
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société manifestation économie social