Noël solidaire : des sacs à dos plein de cadeaux pour les sans-abri à Bordeaux

A Bordeaux, des étudiants lancent une opération pour collecter des sacs à dos contenant des cadeaux utiles pour ceux qui vivent dans la rue. Un geste de solidarité à l'occasion des fêtes de Noël, modeste, mais qui réconforte. Huit collèges y participent. 
Dans les sacs à dos, on y glisse des produits d'hygiène, des vêtements, un peu de nourriture entre autres. C'est le principe de SAKADO à destination des sans domicile fixe.
Dans les sacs à dos, on y glisse des produits d'hygiène, des vêtements, un peu de nourriture entre autres. C'est le principe de SAKADO à destination des sans domicile fixe. © SAKADO
C'est une lueur de réconfort en cette fin d'année, un geste de solidarité. Elle est à l'initiative de jeunes étudiants pour donner des cadeaux, dans un sac à dos, à des personnes sans domicile fixe. 

Comme Camille, ces quatre élèves ingénieurs ne pouvaient supporter de vivre à côté de la misère sans rien faire. Camille Jenny a lancé l'idée : " On réfléchissait à des actions à mettre en place. Je viens de Montpellier. Quand j'étais au collège et au lycée, j'ai participé à cette opération là. Ça m'avait beaucoup plu. Je croyais que ça se faisait dans la France entière. Mais non. "
Camille lance alors l'initiative sur Bordeaux. 

L'idée est de réunir dans un sac à dos, encore en bon état, de quoi adoucir cette période hivernale pour ceux qui n'ont plus la chaleur d'un logement. Modestement, avec des cadeaux dans quatre domaines. 
Son principe : "vous n’offrez ni un toit, ni un emploi mais un geste de solidarité sous la forme d’un sac à dos style randonnée"
Les sacs en bon état peuvent contenir quatre kits d’objets usuels et pratiques : 1 kit chaleur, 1 kit hygiène, 1 kit festif et 1 kit culture-communication. "Nous préconisons un sac à dos de 40 litres minimum." explique Camille pour Sakado Bordeaux. 

Le kit hygiène peut contenir par exemple une brosse à dents, des serviettes hygiéniques pour les femmes, un rasoir. Le kit chaleur des vêtements, un sac de couchage, le kit festif du bon chocolat, de la nourriture qui ne se chauffe pas, le kit communication par exemple des lettres, des timbres, une carte SIM,  un livre que vous aimez avec une dédicace !

Camille Jenny - association Sakado Bordeaux -

Associer les collégiens


Les cinq jeunes étudiants de l'ENSTBB (L’école nationale supérieure de technologie des biomolécules de Bordeaux) collectent les dons avec l'aide de huit collèges de Bordeaux et alentours. " Dans une classe, chacune amène une ou deux choses. Chacun donne en fonction de ce qu'il peut, ce qu'il a. Ça peut être une brosse à dents ou une écharpe que vous ne mettez plus. Ça touche car ça permet à tout le monde de participer. Les favorisés comme les moins favorisés. On se sent un peu plus utile."

Camille assure que ça permet d'aborder des notions comme : qu'est-ce que la solidarité, la citoyenneté. Gommer des clichés pas forcément vrais sur les SDF. "Il y a aussi des collèges avec des élèves  qui sont dans des foyers, précaires, c'est délicat mais ça leur permet en classe d'aborder ces sujets là avec les autres élèves. " 
L'idée a germé à Montpellier. Des collégiens, lycéens, étudiants y sont associés et collectent les sacs à dos destinés aux SDF
L'idée a germé à Montpellier. Des collégiens, lycéens, étudiants y sont associés et collectent les sacs à dos destinés aux SDF © Pascal PARROT association SAKADO

La distribution lors de maraudes

Le temps de collecter, et c'est maintenant le temps de la distribution car Camille et ses collègues étudiants ne ménagent pas leur peine. Les sacs à dos sont confiés aux personnes à la rue lors de maraudes, en compagnie de la Croix Rouge. "On préfère faire ça avec des professionnels." confie la jeune bénévole. 

Alors que beaucoup seront au chaud chez eux, Camille, elle, affrontera la nuit.

Peut-être que le fait de savoir que tout le monde peut finir comme ça, c'est jamais juste. Certes, notre action n'y change rien, mais on peut tous essayer de faire un petit quelque chose. Oui, c'est vraiment l'injustice, et le fait de savoir que moi, je suis dans mon appartement, je peux regarder Netflix sur mon canapé, j'ai une chance énorme. Faut pas oublier qu'il y en a qui n'ont pas cette chance. A Bordeaux, il fait froid dans la rue...

Camille Jenny - Association Sakado Bordeaux -

La collecte se poursuivra en janvier. La distribution démarre dans les rues d'ici le 18 décembre. 
  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société social économie