"Nous avons commencé à transformer la ville" souligne Pierre Hurmic, un an après son élection à Bordeaux

Après plus de 70 ans de gestion de Bordeaux par la droite, l'écologiste Pierre Hurmic, éternel opposant, a été élu maire le 28 juin 2020 en déjouant les sondages. Un an après, quel premier bilan, au-delà des polémiques ? Et quels futurs projets pour la ville de Bordeaux ?
Un an après son élection comme maire de Bordeaux, Pierre Hurmic photographié dans son bureau mercredi 30 juin 2021.
Un an après son élection comme maire de Bordeaux, Pierre Hurmic photographié dans son bureau mercredi 30 juin 2021. © Jean-Pierre Stahl - FTV

"Je trouve que l'année a été dense et que nous avons bien travaillé" se félicite Pierre Hurmic, maire écologiste de Bordeaux, un an après son accession à la mairie. "Je sais qu'il y a des impatiences dans cette ville, mais je suis peut-être le plus impatient des Bordelais. Nous avons eu pour mandat de transformer cette ville, et je pense que nous avons commencé à le faire", estime-t-il. 

Après 365 jours dans le fauteuil de maire, Pierre Hurmic a dressé un bilan d'étape et dévoilé ses futurs projets pour Bordeaux lors d'une conférence de presse ce mercredi 30 juin. Que retenir de son intervention ? 

Végétalisation, pistes cyclables et "rue aux enfants" 

Sur le volet "Bordeaux Grandeur nature", l'équipe municipale souligne notamment la sanctuarisation du Parc de la Jallère, la création de deux micros forêts (une trentaine d'autres sites sont à l'étude), ou encore le doublement du nombre de plantations d'arbres, avec 1.200 arbres plantés en un an.

"Pour apaiser la ville, nous venons de lancer la rue aux enfants, c'est-à-dire des rues d'écoles réservées aux enfants et aux mobilités douces pour un espace sécurisé et moins pollué",  détaille Pierre Hurmic, qui indique que "85% des écoles seront concernées en 2026" 

Concernant les déplacements en ville, "notre priorité est de favoriser les mobilités alternatives, pour ainsi réduire l'encombrement du trafic et la pollution" ajoute le maire de Bordeaux, qui annonce un plan d'action concerté avec la métropole dévoilé à l'automne. 

La politique en faveur du vélo est également évoquée, avec la création de 10 km de pistes cyclables en un an, l'installation de 1500 arceaux, et les "coronapistes" bus-vélo des boulevards, "pour lesquelles l'urbanisme tactique s'avère concluant", souligne Pierre Hurmic. 

"Il faut construire la ville sur la ville" 

Au sujet de l'urbanisation galopante de ces dernières années à Bordeaux, le maire maintient son cap et évoque "des changements radicaux" pour lutter contre l'artificialisation des sols. "Nous n'avons pas hésité à stopper ou modifier les projets de construction. Ce fut le cas pour le projet d'Amédée-Saint-Germain nord et sud", détaille-t-il notamment.

Mais ce coup de frein sur les projets immobiliers ne signifie pas l'arrêt de tous les chantiers en ville : "nous allons évidemment continuer à construire des logements, et notamment développer fortement la construction de logements sociaux, en augmentant de 50 % leur production, qui passe de 1.000 à 1.500 logements sociaux par an". 

→ Reportage de Jean-Pierre Stahl et Dominique Mazères : 

"Nous avons commencé à transformer la ville" - Pierre Hurmic, un an après son élection à Bordeaux

Après "Bordeaux grandeur nature" et "Bordeaux en commun", le troisième volet de la politique menée par l'équipe de Pierre Hurmic vise également une meilleure implication des habitants, grâce au développement de la démocratie locale. "Nous voulons que les Bordelais soient acteurs de leur ville" souligne Pierre Hurmic. 

Dans ce cadre, "un parlement mobile s'installera jusqu'à fin octobre dans chacun de nos huit quartiers, et nous écrirons ensemble un nouveau contrat démocratique pour la ville" annonce le maire. "En ce moment d'abstention record aux élections, c'est vital pour notre démocratie". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique europe écologie les verts urbanisme aménagement du territoire environnement vélo économie transports pollution transports en commun