• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Photo : Sory Sanlé l'oeil de l'Afrique de l'ouest des années 60

Sory Sanlé / © ©Sanlé Sory – Courtesy Florent Mazzoleni – TEZETA
Sory Sanlé / © ©Sanlé Sory – Courtesy Florent Mazzoleni – TEZETA

C'est un voyage en Afrique de l'Ouest des années 60, 70 avec les habitants saisis entre tradition et modernité. Un témoignage qui a bien failli partir en fumée avant qu'un Bordelais ne découvre ces trésors photographiques en recherchant leur auteur Sory Sanlé.  A découvrir à Mérignac. 

Par Christine Le Hesran

Ses photos interpellent tout de suite. On y découvre de nombreux jeunes des années Yéyé  posant en costumes de cow-boys, de pirates et de chevaliers. Ils sont là, dans des décors peints, un avion par exemple en arrière-plan, avec des accessoires tels qu’une moto ou un téléphone pour habiller la scène.  "Avec le temps, je me suis dit il faut des décors dans la photographie. Je donnais un coup de main car les gens ne savaient pas faire une belle pose..."  
 
Photo de studio - Sory Sanlé / © ©Sanlé Sory – Courtesy Florent Mazzoleni – TEZETA
Photo de studio - Sory Sanlé / © ©Sanlé Sory – Courtesy Florent Mazzoleni – TEZETA

Photo de studio mais pas que. Sory Sanlé parcourt la brousse avec son Rolleifleix car la demande est là. 

Dans les soirées dansantes, les mariages, les baptêmes il fallait un photographe.

 

Sory Sanlé expose à Mérignac, vieille église jusqu'au 16 décembre. Un photographe culte d'Afrique de l'Ouest, années 60 / © ©Sanlé Sory – Courtesy Florent Mazzoleni – TEZETA
Sory Sanlé expose à Mérignac, vieille église jusqu'au 16 décembre. Un photographe culte d'Afrique de l'Ouest, années 60 / © ©Sanlé Sory – Courtesy Florent Mazzoleni – TEZETA
 

Témoin d'une effervescence 


Sanlé Sory saisit l’effervescence culturelle des années 60 et 70 en Afrique de l’Ouest et montre la fusion entre tradition et modernité. Durant ces années 60, l’époque est à l’effervescence au lendemain de l’indépendance. Il réalise des milliers de portraits dans son studio mais aussi dans des soirées dansantes et s’immerge dans la musique. Instantanés d'un pays qui s’appelait alors la Haute-Volta, son travail livre aujourd'hui le témoignage de ce moment charnière dans l’histoire du Burkina Faso et l’évolution plus large du continent africain vers l’indépendance.

Et c'est devenu culte 


Sanlé Sory voulait juste gagner sa vie. Ce photographe, âgé aujourd'hui de 75 ans, ne pensait pas que les gens voudraient un jour voir ses photos ! Et aujourd’hui ses clichés de l’époque yéyé en Afrique de l’Ouest voyagent à travers le monde et dans les sites et musées les plus prestigieux. 
La renaissance de ces clichés tient du miracle. C'est un Bordelais, Florent Mazzoleni, qui a découvert son travail en 2011. Il partait alors à la recherche d'un photographe auteur d'un cliché qui illustrait un album de musique.  C'était Sory Sanlé qui s'apprêtait à se débarrasser de ces milliers de clichés. 
 

Notoriété internationale


Redécouvert ces dernières années, Sanlé a depuis exposé dans les plus grands musées et galeries du monde, notamment la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, Paris, et l’Art Institute de Chicago, ou encore à Londres au Arts Club.
 
Sory Sanlé avait un magasin de photo en Haute-Volta devenu Burkina Faso. Ses photos font maintenant le tour du monde. / © C. Le Hesran
Sory Sanlé avait un magasin de photo en Haute-Volta devenu Burkina Faso. Ses photos font maintenant le tour du monde. / © C. Le Hesran


Cette fois, à Mérignac dans ce lieu dédié à la photo ( Vieille Eglise ) l’exposition Sanlé Sory, Studio Volta regroupe une sélection de plus de 250 photographies, tirages modernes et tirages d’époques qui dévoilent les aspirations d’une société libérée du joug colonial.

Plusieurs ouvrages lui sont consacrés et à découvrir à l'Ascenseur Végétal, 20 rue Bouquière à Bordeaux.

 
Rencontre avec Sory Sanlé de passage à Bordeaux pour son expo à la vieille Eglise de Mérignac.
Entretien avec Sory Sanlé à l'Ascenseur Végétal pour parler de son travail de photographe, déniché par un Bordelais, Florent Mazzolino.  - Christine Le Hesran
 

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus