Le point dans les universités de Bordeaux-Victoire et Pau

Le site de la Victoire de l'université de Bordeaux 2 toujours bloqué vendredi matin. / © F3A
Le site de la Victoire de l'université de Bordeaux 2 toujours bloqué vendredi matin. / © F3A

Plusieurs sites universitaires dont la Faculté Place de La victoire à Bordeaux et L'UFR de Lettres de Pau restent bloqués pour protester contre les nouvelles modalités d'accès à l'université. Certains universitaires expriment,  à leur tour, leur opposition à la loi Vidal.

Par Hélène Chauwin

L'ancien dispositif APB était critiqué en raison du tirage au sort que les filières, trop demandées, avaient mis en place, faute de mieux. Mais la réforme Parcoursup, ne fait pas davantage l'unanimité.

400 professeurs des universités publient une tribune sur France Info pour dénoncer "une sélection absurde".

Les blocages ou occupations se multiplient partout en France. Des étudiants occupent le site Bordeaux Victoire depuis le 15 mars. Le jeudi 5 avril, l'IUT Bordeaux Montaigne a été bloqué la journée et hier matin, c'est le campus de Talence qui l'a été quelques instants. 



Le désaccord porte sur la sélection des étudiants à l'entrée de l'université. Les professeurs doivent analyser les voeux et classer les dossiers grâce à un algorithme en fonction d'un nombre de critères. 

Bordeaux Montaigne, qui accueille plus de 17 000 étudiants, est prête à accueillir les bacheliers sauf dans ses filières sous tension, LEA, Anglais-coréen ou Arts plastiques, sans classement de dossier, ni tri. 

Fac de lettres de Pau bloquée



A Pau, où chaque licence compte 200 étudiants pour 1000 candidatures, le Conseil d'administration veut accepter tout le monde. 
La fac de Lettres à Pau reste bloquée jusqu'au vendredi 13. Etudiants, enseignants et personnel refusent la réforme. 

De son côté, le gouvernement affirme que les examens se tiendront normalement. 2018 "ne sera pas une année perdue", a assuré lundi sur CNews la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal.

Si c'est nécessaire, on peut toujours décaler un examen. Mais ce qui me remonte des différentes universités, c'est que les calendriers d'examens sont maintenus et que toutes les conditions sont réunies pour qu'ils se passent sereinement


Le ministère de l'Enseignement supérieur chiffre à neuf le nombre de sites universitaires bloqués sur les 400 que compte le territoire.
Olivier Ballesta - Vice-président Université Bordeaux Montaigne


Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus