Pompiers de Gironde : un univers masculin favorable aux vocations féminines

En cette journée internationale des droits des femmes 2020, il reste des univers encore très masculins. Les femmes sont minoritaires, par exemple,  chez les pompiers même si sur le terrain, elles s'acquittent des mêmes missions. Des profils de caractère qui font évoluer l'image même du pompier.

Par CB

En Gironde, les femmes sont 13% de l'effectif total et la moitié est employée sur des postes administratifs. Mais les autres sont sur le terrain. Nous avons pu rencontrer deux d'entre elles.

Aujourd'hui, être une femmes pompier "est entré dans les moeurs", comme nous l'affirme Christel, 41 ans, qui a choisi d'en faire sa profession. Un fait assez rare puisque les femmes pompiers professionnelles ne représentent que 4% de l'effectif (5400 pompiers en Gironde).
23 ans après son engagement au départ comme volontaire, elle est aujourd'hui adjudante à la caserne de Mérignac. Elle "ne sait pas comment c'est ailleurs" (dans les autres professions) mais elle semble ne pas regretter son choix.

La motivation pour moteur

Quant à Morgane, 27 ans, pompier volontaire depuis deux ans, elle consacre à cette démarche volontaire de nombreuses heures de son temps libre.
Pour elle, être une femme n'est pas un obstacle à cet engagement.

C'est sûr qu'il faut être sportive... et puis il y a un oral. Il faut être motivée, intéressée !

Pour sa part, elle a candidaté "sur le tard" après ses études, et entamé un temps de formation comme tous les volontaires. Sans doute de quoi s'assurer de la motivation effective des candidats.

Mais depuis deux ans, elle fait partie de l'effectif et participe aux mission tant sur du secours à la personnes que sur des incendies, des accidents...

Moi ce qui me plaît, c'est le travail en équipe.
Etre au contact avec les gens...

Les témoignages sont à retrouver dans ce reportage en Gironde de Catherine Bouvet et Sylvie Tuscq-Mounet > 

Pompiers de Gironde : un univers masculin favorable aux vocations féminines


Aussi, d'après Mathieu Jomain, chargé de communication au SDIS 33, c'est tout l'effectif, le corps des pompiers qui bénéficie de cette mixité. Parce que le pompier a selon lui trop souvent eu "l'image macho super sportif".
Autrement dit, les pompiers d'aujourd'hui sont riches de ces profils efficaces, sportifs, motivés et... adaptables car chaque situation peut nécessiter réactivité et sang froid, qu'on soit un homme ou une femme...

 
 

Sur le même sujet

Les + Lus