Pour limiter les attroupements à Bordeaux, la préfète interdit la consommation d'alcool sur la voie publique

Un arrêté d'interdiction de la consommation d'alcool sur la voie publique sera publié prochainement par la préfecture de Gironde pour limiter les rassemblements en pleine crise sanitaire. Les quais et les jardins publics restent ouverts, malgré une fréquentation importante qui faisait débat. 

À Bordeaux, les marches du miroir d'eau sont plébiscitées pour la pause déjeuner.
À Bordeaux, les marches du miroir d'eau sont plébiscitées pour la pause déjeuner. © France 3 AQUITAINE

"J'ai décidé de laisser leur liberté aux Bordelais" souligne ce mercredi 3 mars la préfète de Nouvelle-Aquitaine Fabienne Buccio, en indiquant qu'il n'y aura -pour l'instant- pas de fermeture des quais de Bordeaux.

En revanche, la préfète de Nouvelle-Aquitaine Fabienne Buccio annonce qu'elle va prendre un arrêté d'interdiction de la consommation d'alcool sur la voie publique, entre 11 heures et 18 heures, qui concernera l'hypercentre, les quais de la rive gauche et droite, ainsi que tous les jardins publics. 

"Notre population bordelaise se retrouve sur les quais, les places, les jardins publics, et s'amoncelle de façon un peu désordonnée, avec le beau temps qui arrive" a constaté Fabienne Buccio. "Tout cela est très naturel, mais est-ce dangereux ?"

"Avec le maire de Bordeaux, nous partagions la même position et nous nous sommes retrouvés assez facilement sur les dispositions à prendre" ajoute la préfète, qui cherche l'équilibre entre "la lutte contre la pandémie et le besoin qu'ont nos concitoyens de respirer un peu après cette année difficile". 

Les contrevenants à cette nouvelle interdiction de la consommation d'alcool écoperont de 135 euros d'amende, comme pour le défaut de port du masque dans les zones obligatoires. 

"Je compte sur les Bordelais pour m'aider à ne pas devoir aller plus loin" a ajouté Fabienne Buccio. L'arrêté d'interdiction de consommation d'alcool sur la voie publique sera en vigueur à partir du 4 mars et pour deux semaines. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société