• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Première mondiale au CHU de Bordeaux : une opération sur une tumeur qui touchait deux organes

Une collaboration entre spécialistes pour le mieux-vivre du patient. / © France 3
Une collaboration entre spécialistes pour le mieux-vivre du patient. / © France 3

Guérir le malade et lui assurer une qualité de vie optimale ? Cela est maintenant possible. Première mondiale au CHU de Bordeaux, un patient atteint d'une tumeur du rectum et de la prostate a été opéré de deux cancers grâce à une chirurgie robotique, sans la mise en place de poches
 

Par Charlotte Boniteau

C'est une première mondiale. Un malade de 52 ans, atteint d'une tumeur infiltrant le rectum et la prostate, a été opéré au CHU de Bordeaux, sans la mise en place de poches urinaires et fécales. 

Voir le reportage de France 3 : 
 
Première mondiale : une opération de deux tumeurs au CHU de Bordeaux


Seulement une dizaine de patients dans le monde ont pu avoir recours à cette opération. Une intervention rare et innovante qui a été améliorée à Bordeaux : c'est la toute première fois que la chirurgie robotique est utilisée pour cette opération. L'ouverture de l'abdomen est comme cela évitée. 

Assurer une qualité de vie optimale au patient


Cet appareil double console permet d'opérer l'abdomen tout en évitant les poches. "L'objectif est de guérir le patient de son cancer en lui assurant une qualité de vie optimale", explique le docteur Quentin Denost, chirurgien colorectal CHU de Bordeaux. 

Ce robot laisse cinq incisions de 8 millimètres, et remplace la longue incision sur l'abdomen du patient.  

Une opération en simultané 


 Cette technique permet à deux spécialistes d'opérer en simultané. Le professeur Grégoire Robert, Chirurgien urologue au CHU de Bordeaux ajoute "La vraie plus value de travailler ensemble, c'est qu'on va pouvoir reconstruire à la fois l'appareil urinaire devant et l'appareil digestif derrière."

Ce partage d'expérience et cette collaboration pluridisciplinaire permettront à l'avenir de multiplier ces premières interventions chirurgicales dans l'intérêt du mieux-vivre du patient

Sur le même sujet

Témoignage du garagiste dans l'affaire Séréna : "J'y pense chaque jour..."

Les + Lus