Recherche d'un logement étudiant : rare et cher à Bordeaux

Publié le Mis à jour le

Chaque année à la même époque se joue le ballet de la quête du logement étudiant. Les jeunes sont vite plongés dans le grand bain de la dure réalité : vie chère et biens rares. L’Université de Bordeaux a pris le dossier à bras le corps pour aider les étudiants.

Maylis est encore à Toulon, mais dès la rentrée, elle aura sa place sur les bancs de la fac de Bordeaux où elle a été prise en psychologie pour son master. Une réelle opportunité, mais une vraie galère pour trouver un logement.

«Ça fait deux cycles que je n’ai pas de logement CROUS», du coup elle écume les communautés étudiantes Facebook pour déposer des annonces où elle pose tout sourire avec son chien.

Hello! Je tente ma chance ! Je m'appelle Maïlys j'ai 28 ans et je vais intégrer la faculté de psychologie de Bordeaux pour mon Master en septembre. Je suis à la recherche d'une colocation avec un jardin pour mon amour de chien de taille moyenne (compatible chat). J'aimerais trouver proche de la fac dans le centre avec un loyer de 400€. N'hésitez pas à me contacter !

Maïlys, étudiante en recherche de logement

Source : France 3

"Je pense que c’est plus difficile de trouver avec un jardin et un chien" confie Maïlys.

Mais pour elle, comme pour les autres, commence la galère de la quête du logement.

«Ça va tellement vite, il faut vraiment être a l’affût»

Quand nous croisons Noé, il sort d’une agence immobilière. Pour lui c’est le grand jour, il vient enfin de signer son bail.

On a trouvé un logement la semaine dernière et je n’ai pas hésité, j’ai sauté dessus. J’en ai vu tellement me passer sous le nez, je n’ai pas hésité même s'il n’est pas parfait.

Noé Jacquement, étudiant en master de mathématiques

Source : France 3 Aquitaine

Cela faisait un mois qu’il cherchait assidument. Et au final, ce 40 m2 à coté de Bergonié pour 700 euros, même si il cherchait un peu plus grand et plus près de la fac "ça me sort une belle épine du pied" dit-il "C’est pas parfait mais ce sera bien quand même".

Venu de Castillon la Bataille, ces trois dernières années il était en résidence étudiante, mais désormais il va habiter avec sa copine. Il constate impuissant. "C’est vrai que ça a pas mal augmenté entre le moment où je suis arrivé et aujourd’hui".

Et il n’y a pas que les prix qui flambent, les demandes concernant les cautions sont de plus en plus dures. un agent immobilier nous explique demander à ce que les cautions gagnent l'équivalent de 4 fois le montant du loyer, tandis que certaines agences demandent à ce que ce soit 5 fois.
De nouvelles requêtes qui tendent encore un peu plus le marché.

Quand on a un logement, on le garde

Pour Jérôme Sarailler, responsable d’agence dans le quartier étudiant de la Victoire et spécialisé dans le logement étudiant, la période est un peu compliquée. «Les gens gardent leur logement, ils ont du mal à donner leur préavis parce que les logements, c’est un peu plus difficile d’en trouver».
L’année dernière, à la même période, il avait une vingtaine de préavis sur un parc de 80 logements, cette année c’est moitié moins.

Au CROUS, on prend la mesure du manque d'offre 

Quand on évoque le parc du logement du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires, son responsable nous répond du tac au tac "le ratio est constant depuis de nombreuses années et nous place dans la situation de ne pas satisfaire toutes les demandes qui se présentent à nous."

On reçoit de l’ordre de 8 demandes pour 1 offre parmi les primo entrants, les néo bacheliers ou les étudiants en cours de cursus, c’est très élevé.

Jean-Pierre Ferré, Directeur général du CROUS de Bordeaux Aquitaine

Par conséquent, ces rares élus répondent à des critères bien strictes: "Nous logeons prioritairement des étudiants avec de faibles niveaux de ressources ou très éloignés des lieux d'enseignement."

Le parc de logement du Crous de Bordeaux Aquitaine comptant 10 500 places sera intégralement pourvu à la rentrée. Et déjà, fin juin, «on est à un niveau d’occupation à ce stade qui est proche de 90% pour la rentrée».

Il reste encore quelques places, mais Jean-Pierre Ferré le dit franchement, début juillet, tous les logements seront attribués.

Du coup, le CROUS se rabat évidement sur des partenaires du parc immobilier privé et propose ainsi de nombreuses offres sur le site du CROUS.

La difficulté de trouver un logement pour les étudiants bordelais. ©France 3 Aquitaine

La semaine du logement étudiant : du 4 au 8 juillet

Puisque l’offre est considérablement inférieure à la demande et que les étudiants et leur familles peuvent un peu paniquer, à l’heure des résultats du bac et des orientations définies par Parcoursup, l’Université de Bordeaux a pris le dossier à bras le corps.

«Dans un contexte de raréfaction des logements à Bordeaux et sa métropole, l’université de Bordeaux et ses partenaires organisent la semaine du logement et donnent rendez-vous aux étudiants bordelais du 4 au 8 juillet.»

Une semaine pour répondre à toutes les questions pratiques et avoir des interlocuteurs sur place.

Au programme:

Des ateliers en ligne:

  • Rechercher efficacement un logement - lundi 4 juillet à 17h 
  • Tout savoir sur les aides mises en place par Action Logement - La garantie Visale - mardi 5 juillet à 15h15 
  • Faire une demande d’aide au logement - mercredi 6 juillet à 14h30
  • Trouvez votre appart pour la rentrée 2022 avec Studapart - jeudi 7 juillet à 17h 
  • Faire une demande de logement social - vendredi 8 juillet à 14h30

Toutes les informations sont sur le site de l'Université de Bordeaux.

Des stands d’information, sur le campus Peixotto à Talence, le mardi 5 juillet, de 10h à 14h30. (esplanade du bâtiment A22, 351 cours de la libération, 33400 Talence)