Rentrée scolaire en Gironde : faire l'école à la maison, le choix de parents face au Covid-19

Masques, tests ou encore risques de contamination, de plus en plus de parents s'interrogent sur le retour à l'école. Certains ont décidé de franchir le pas en faisant l'école à la maison.
Faire l'école à la maison, depuis le Covid, la tendance fait de nouveaux adeptes.
Faire l'école à la maison, depuis le Covid, la tendance fait de nouveaux adeptes. © J. Chapman / France 3 Aquitaine
Emeline est maman de trois petites filles, de 6 et 4 ans. Cette année, en plus de la casquette de mère, elle endosse celle de professeur. Elle n'envisage pas de remettre ses enfants à l'école. "Ce qui me dérange, c'est que mes enfants soient entourés de personnes portant le masque. Elles ne voient plus les sourires, je ne veux pas qu'elles vivent dans la peur", explique la mère de famille. 

Interrogation sur les réseaux

Emeline a lancé un appel sur Facebook, il y a quelques semaines, pour trouver d'autres familles qui ont décidé, comme elle, de faire l'instruction en famille. Et elle n'est pas la seule. Sur les réseaux sociaux, certains parents s'inquiètent des conditions de reprises. "J'ai peur que mes enfants aient à passer des tests Covid ou qu'ils soient éloignés de ses copains", peut-on lire sur certaines publications. 

D'autres parents appréhendent à l'inverse, la contamination de leurs enfants. "Même s'ils ne sont que des porteurs sains, je crains pour ma santé", explique une maman, considérée comme personne fragile. 
Port du masque, contamination ou tests covid : les questions sont nombreuses pour les parents en cette rentrée.
Port du masque, contamination ou tests covid : les questions sont nombreuses pour les parents en cette rentrée. © J. Chapman / France 3 Aquitaine
Du côté de l'éducation nationale, les demandes n'ont cependant pas particulièrement augmenté, tout comme au CNED, centre d'enseignement à distance. "Les inscriptions vont jusqu'à fin octobre, c'est difficile de dégager une tendance aujourd'hui. En revanche, c'est indéniable que les demandes augmentent depuis plusieurs années", explique l'académie de Bordeaux. 

La scolarisation étant obligatoire dès 3 ans, ceux qui ont fait le choix d'une " Instruction en Famille " (IEF) doivent déclarer leur situation au rectorat. Après une vérification des aptitudes des parents et de la situation familiale, une inspection est organisée, chaque année.

Du temps et de la pédagogie

Franchir le cap de l'instruction en famille ne se fait cependant pas sur un coup de tête. Ses filles en grande section de maternelle et en CP, Emeline s'est équipée en jeux et activités manuelles. Un tableau "pour faire la maîtresse" devrait arriver d'ici quelques jours. 

"J'ai des puzzles, de la peinture. En grande section, ce sont surtout des activités pour éveiller la motricité par exemple. Pour ma plus grande, j'ai acheté un cahier qui reprend tout le programme afin qu'elle ne soit pas en décalage", explique la maman. 

Emeline s'est inspiré des pédagogies Montessori, pour se former à la pédagogie. "J'essaie d'aller au rythme de mes filles, de ne pas les brusquer et d'utiliser mon environnement pour rendre les exercices plus ludiques", explique la mère de famille. 
Pour faire cours à ses enfants, Emeline s'est penchée sur la méthode Montessori.
Pour faire cours à ses enfants, Emeline s'est penchée sur la méthode Montessori. © J. Chapman
Compter les pois chiches ou reconnaître les sons pour apprendre l'alphabet, Emeline puise dans chaque élément pour faire cours à ses enfants. 

Une situation qui n'aurait pourtant pas été possible sans se dédier complètement à cette activité. "J'ai une formation d'esthéticienne, mais depuis le confinement, je n'ai pas pu reprendre mon activité. Je devais reprendre à la rentrée, mais j'ai préféré me consacrer à mes filles", explique Emeline. 

La socialisation en ligne de mire

Aujourd'hui, la jeune maman souhaite trouver d'autres familles dans sa situation, pour que ses enfants puissent sortir du cadre familial. "Je suis dans une association d'école à la maison. Avec d'autres mamans, nous nous retrouvons à la ludothèque ou dans des parcs pour que nos enfants se rencontrent et se sociabilisent", explique Emeline. 

Cette socialisation est primordiale pour François Dubet, sociologue spécialisé dans les questions d'éducation. "Je pense que les enfants ont besoin de voir d'autres personnes que leurs parents, des gens qui n'ont pas la même culture qu'eux. Les petits ont tout intérêt à voir les autres pour sortir de la bulle familiale, mais cela devient vital pour les adolescents. Quel que soit l'âge, on a besoin de vivre ensemble, de se frotter aux autres et de prendre des coups parfois ! C'est comme ça que l'on se construit", assure le sociologue. 
Pour maintenir les liens avec l'extérieur, Emeline cherche d'autres familles dans sa situation.
Pour maintenir les liens avec l'extérieur, Emeline cherche d'autres familles dans sa situation. © J. Chapman
Le risque pour le sociologue serait de couper l'enfant du monde extérieur, en concentrant son quotidien à la maison. "Il y a une sorte d'imaginaire dans l'école à la maison de parents parfaits, dans une bulle parfaite, complètement protégée du monde. C'est faux !", met en garde François Dubet.

N'est pas prof qui veut

Une situation qui s'est illustrée pendant le confinement : ils ont été nombreux à regretter leurs camarades. "Les élèves ont certes souffert de l'absence de cours de maths, mais, massivement, ce dont ils ont souffert, c'est de ne plus voir les autres. La preuve, ce matin, les enseignants et eux-mêmes étaient contents de se retrouver", précise François Dubet. 

Si l'instruction en famille semble devenir une véritable alternative, les spécialistes alertent sur les compétences pédagogiques des parents. "Certaines années charnières ne doivent pas être négligées et il n'est pas donné à tout le monde de devenir professeur", avertit François Dubet.

De son côté, Emeline envisage de remettre ses enfants à l'école, "si les protocoles s'allègent et que les masques ne sont plus obligatoires". 
Le choix de certains parents de faire l'école à la maison pour contrer la contamination à la Covid-19.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société covid-19 santé