Bordeaux : des œuvres de street-artistes en vente pour aider les étudiants précaires

L'une des oeuvres mises en vente, "Sitting Kid" de Jef Aérosol. / © DR
L'une des oeuvres mises en vente, "Sitting Kid" de Jef Aérosol. / © DR

Du 4 au 10 mai, près de 25 oeuvres de street-artistes français et internationaux seront mises en vente par Campus-19, un collectif de professeurs et d'étudiants de l'IUT de Bordeaux, pour aider les étudiants bordelais les plus précaires.

Par Julie Chapman

L’idée d’une vente en ligne de street-art a germé fin avril. Oscar Motta Ramirez, doctorant au laboratoire MICA, et trois autres professeurs ont lancé Campus-19, pour venir en aide aux étudiants les plus précaires. "Au fur et à mesure que les jours avançait, on se rendait compte du décrochage de certains étudiants qui n’avait pas le matériel ou la connexion internet nécessaire pour suivre les cours", explique Oscar Motta, qui a décidé de mêler projet scolaire et solidarité.
 

De grands tableaux à petit prix

Alors, un collectif se forme : Campus-19. Composé de quatre enseignants et quatre étudiants, il décide de contacter des street-artistes de renom pour organiser une vente aux enchères virtuelle. 
"On a été heureux de recevoir autant de réponses positives aussi rapidement et de voir qu’ils étaient solidaires de ce projet et des étudiants", se réjouit Oscar Motta Ramirez. 
Le Baron, Jef Aérosol, C215, L’Atlas, Alber, Lou Hopop ou le photographe Yannick Ribeaut : Au total, 22 artistes français et internationaux proposeront une vingtaine d’oeuvres à la vente, du 4 au 10 mai. Oeuvres originales, sérigraphies ou photographies, petits ou grands tableaux, il y en a pour tous les goûts. "Ce sont des tableaux qui se vendent habituellement entre 1000€ et 2000€. C’est aussi une occasion pour chacun de pouvoir s’offrir une oeuvre d’art à un prix intéressant", glisse le doctorant en street-art. 
L'amour au temps du coronavirus par CaL’amour au temps du coronavirus, par C-215.2 / © C215
L'amour au temps du coronavirus par CaL’amour au temps du coronavirus, par C-215.2 / © C215

Une bonne affaire pour les amateurs d’art et ceux qui souhaitent changer leur intérieur. "Nous allons publier les détails des oeuvres chaque jour. Si l’une d’entre elle vous intéresse, il suffit d’envoyer un message privé à Campus-19", explique Oscar Motta Ramirez. 

Le doctorant fera ensuite deux relevés par jour et annoncera les futurs propriétaires le 10 mai. "Une cérémonie de remise des oeuvres est en train de s’organiser pour l’après confinement", promet le professeur.  

"Rendre la situation moins angoissante"

La recette sera entièrement collectée par l'association Médiatices, avant d'être reversée aux étudiants les plus précaires qui auront formulé une demande motivée. "Nous voulions au départ aider les étudiants des Métiers du Multimédia et d’Internet, mais finalement, nous avons décidé d’ouvrir à tout l’IUT", explique Oscar Motta Ramirez.

Non-boursiers ou non-résident du Crous, le collectif souhaite surtout aider ceux qui luttent aujourd’hui pour terminer leurs études. "Beaucoup de stages rémunérés ont été annulés, c’est un manque à gagner pour les étudiants. D'autres se sont vus refuser des aides aux critères très sélectifs, après avoir perdu leur emploi étudiant", regrette Oscar Motta Ramirez. 
Pause, vices et râles, de Lou Hop Hop Hop / © Lou Hop Hop Hop
Pause, vices et râles, de Lou Hop Hop Hop / © Lou Hop Hop Hop

Loyer, nourriture, ces étudiants doivent, en dépit d’une baisse de revenus, continuer leurs études, parfois dans une ambiance difficile. "Ce sont des étudiants qui étaient déjà dans une situation précaire, avec des parents au chômage technique. Certains vont chercher de la nourriture auprès des associations, c’est difficile pour eux", détaille le doctorant. 

Une cagnotte en ligne a également été ouverte, pour ceux qui souhaitent faire directement un don. Au total, Campus-19 espère récolter entre 3000€ et 5000€. "Ce n’est pas une solution à tous les problèmes, mais on espère que ça pourra rendre leur situation un peu moins angoissante", conclut Oscar Motta Ramirez.

 

Sur le même sujet

Les + Lus