Ces parisiens qui choisissent Bordeaux

Malgré un taux de chômage qui frôle les 10% dans la région, Bordeaux séduit chaque année 15 000 nouveaux résidents. Parmi eux, de nombreux parisiens conquis par l'arrivée imminente de la ligne à grande vitesse. La ville, régulièrement plébiscitée dans les enquêtes d'opinion, est attractive.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Constance était une parisienne inconditionnelle. Avec son mari et son fils, elle habitait au coeur de la capitale, dans le très chic quartier de Saint-Germain-des-Prés. Elle a déménagé pour le centre de Bordeaux et ne regrette pas son choix. 

"C'était métro, boulot, dodo. On ne profitait de rien. On ne profitait pas des parcs. On ne profitait pas des musées...."


Comme elle, d'autres parisiens ont opté pour Bordeaux, surnommée autrefois la belle endormie et qui s'est bien réveillée. Pour Arnaud Faugas, Illustrateur. Pas de doute : 

"Les plaisirs ? C'est la simplicité, l'humanité. On retombe sur une échelle humaine plus accessible, plus simple, une qualité de vie" 


En 2017, grâce à la LGV, Paris sera à  2H05 de Bordeaux. Cette perspective a encouragé de nombreux parisiens à migrer dans le Sud-ouest. Ils trouvent dans la capitale d'Aquitaine des loyers à moitié prix. Leur arrivée a d'ailleurs donné un coup de pouce à l'immobilier et fait grimper les prix, ce qui n'est pas toujours du goût des autochtones. 

Côté emploi, les nouveaux résidents ne retrouvent pas toujours l'équivalent. Céline Lepinayp était juriste. Elle avait un vieux rêve dans le prêt-à-porter qu'elle a fini par développer à Bordeaux. 

"J'ai eu beaucoup de mal à trouver dans ma branche. C'était sous payé. Ca ne correspondait pas à mes études"


Avec la LGV, les investisseurs veulent aussi attirer des entreprises parisiennes. Robert Ghilardi de Benedetti a créé un bureau pour les conseiller. 

"Ce qu'on espère nous, avec cette ligne à grande vitesse, c'est d'entrer dans le club très fermé des villes à deux heures de leur capitale et convaincre les entrepries qu'elles n'ont plus de raison de rester dans une ville à plusieurs millions d'habitants un peu encombrée. "





Chaque année, Bordeaux accueille 15 000 nouveaux arrivants. 

A voir le reportage de Marie-Pierre COURTELLEMONT, Alexis DELCOURT