Ces parlementaires en Aquitaine qui préconisent une ouverture intelligente des plages dès le 11 Mai

Sophie Panonacle sur le bassin d’Arcachon en GIronde ou Lionel Causse dans les Landes font partie des députés qui ont demandé au Premier Ministre un déconfinement des plages le 11 Mai. " C’est possible et souhaitable "

L'emblématique jetée d'Eyrac à Arcachon en Gironde
L'emblématique jetée d'Eyrac à Arcachon en Gironde © Marie Neuville
« Le moment est venu d’envisager l’accès aux plages et à la mer sous certaines modalités. Cette décision pourrait être confiée aux maires.» explique Sophie Panonacle qui fait partie des 57 députés français signataires d’un courrier au Premier Ministre.
La députée La République en marche de la 8e circonscription de la Gironde en est convaincue : « Il faut être cohérent : si des quais, des parcs, des jardins ou certains centres commerciaux ouvrent le 11 mai alors il serait incompréhensible d’interdire l’accès aux plages et à la mer. Il faut le faire dès maintenant et le faire étape par étape."

Sophie Panonacle approuve le concept de « plages dynamiques » inventé par les surfeurs. La parlementaire estime que les maires qui connaissent leurs espaces sont en mesure d’adapter des protocoles. Elle propose des cadres à affiner :

"Question de santé publique"

La Teste de Buch en Gironde.
La Teste de Buch en Gironde. © Marie Neuville


«Il n’est pas question de faire n’importe quoi, d’aller s’installer sur sa serviette « comme avant » mais si les conditions sanitaires sont réunies, si des modalités sont établies alors nous devons permettre aux habitants de nos territoires qui n’en peuvent plus de pouvoir s’aérer, marcher, se détendre, c’est une question de santé publique.»
Et Sophie Panonacle d’ajouter  : « Bien sûr, les maires doivent pourvoir choisir. Si un maire estime que la plage doit rester fermée elle le restera. Car ce n’est pas la même chose d’avoir une plage urbaine ou une plage océane.»
Sophie Panonacle dit miser sur une responsabilité citoyenne et le civisme de tous.

Le Landais Lionel Causse veut aussi que le bleu soit accessible pour son territoire classé vert   

 
Une plage landaise vue du ciel
Une plage landaise vue du ciel

Le député des Landes Lionel Causse, député LaRem, défend lui aussi une ouverture anticipée. Sa circonscription, la deuxième, compte près de 50 kilomètres de côte et si le feu vert du déconfinement est donné le 11 Mai, il trouve judicieux de ne pas attendre le 1 er juin.

Le 11 pourrait être le départ d’une ouverture plus large un mois après. Il a de surcroît interpellé la préfète rappelant la volonté du Premier Ministre de donner des marges de manœuvre aux territoires selon leur degré d’exposition au Covid. Cette ouverture de la côte serait une étape d’expérimentation. Il s’agirait, dit-il «
d’autoriser les activités nautiques (surf…) et la promenade (courses) sur les plages dans le respect des normes de distanciation physique en vigueur. Ce protocole test permettrait ainsi aux collectivités concernées d’adapter leur dispositif en amont de la saison estivale à venir. »

 
L'océan atlantique n'est pas accessible pour l'heure durant le confinement
L'océan atlantique n'est pas accessible pour l'heure durant le confinement © CLH

Plus que du bons sens le député y voit une évidence car comme il le constate, il n’y a guère d’affluence sur le littoral puisque les touristes sont absents, les campings fermés et que les jeunes vont reprendre le chemin des écoles.
Ce serait précise t-il " Un temps de préparation utile avant l’ouverture aux baignades surveillées qui serait mis en place aux alentours de la mi juin. "
Dans ce dispositif, le député annonce que les acteurs pourraient compter sur des recrutements anticipés de 90 MNS et des CRS qui viendraient plus rapidement en renfort.
Lionel Causse, qui est aussi président du groupe études littoral à l’Assemblée insiste car les plages landaises représente  un environnement  particulièrement adapté au respect des gestes barrière.

En Gironde comme dans les Landes les collectivités pourront s’appuyer sur les surfeurs qui eux aussi militent pour qu’on leur redonne leur espace. Le Président de la Fédération française Jean-Luc Arassus l’affirme ils seront là pour contribuer à faire de la pédagogie et surveiller. C’est dans leur ADN de faire attention à autrui.   
Les professionnels du surf ont mis en place un référentiel national sur les bonnes pratiques à adopte. Ils veulent être des acteurs majeurs de l’ouverture des plages.  Ils n’hésitent pas à rappeler qu’ils sont en première ligne. Chaque année, ils sauvent entre 5 et 6000 personnes de la noyade sur ce même littoral aquitain.
« Ce n’est pas un caprice, nous sommes les acteurs de la vie de la plage toute l’année, si on ouvre le 11 Mai on gagne 3 semaines, c’est 3 semaines de plus pour éduquer les usagers de la plage à avoir les bons comportements pour tous.»
La Fédération française insiste : si la montagne ouvre le 11 mai, il ne sera pas juste que la mer reste fermée.
Plage Mode d’emploi à Arcachon et La Teste de Buch : voici les propositions
Les plages de la ville seront prêtes à ouvrir le 11 mai avec un accès encadré pour respecter les contraintes sanitaires et les gestes barrière selon le scénario suivant :
9 heures et 19 heures : la détente et la baignade sont permises et sur la plage, des périmètres sont délimités au sol, un marquage pour la distanciation
Des stewarts de la plage : la gestion du service sera réalisée par des placiers.  2 heures maximum de présence possible avec des fanions colorés plantés dans le sol ;
Une sono : la plage sera équipée pour vous informer du temps écoulé.
Les regroupements de plus de 10 personnes interdits.

Même préparation sur la commune de La teste de Buch mais scénario différent pour ses 20 Km de plage, bord de lac et plage de ville.
La doctrine : Pas de stationnement sur les plages :
  • Marcher et partir
  • Nager et partir
  • Surfer et partirPas de bronzage, pas de pique nique, une nouvelle philosophie doit émerger pour profiter de l’espace naturel en gardant toutes les sécurités utiles.
Ici la Communication sera l’atout majeur et la responsabilité de chacun un enjeu La commune l’une des plus grandes de France ne mise pas sur la répression mais l’autodiscipline en s’appuyant sur l’aide des personnels des clubs de surf, des agents de l’ONF.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter