Guy Marty, maire de Saint-Terre en Gironde : “Je n'ai aucune acrimonie contre la Croix de Lorraine”

Guy Marty, maire de Sainte-Terre en Gironde. / © France 3 Aquitaine
Guy Marty, maire de Sainte-Terre en Gironde. / © France 3 Aquitaine

Exposer un drapeau de la France Libre en face d'une mairie peut-il constituer un trouble à l'ordre public ? Alors que l'affaire est remontée jusqu'au ministère de l'Interieur, le maire PS de Sainte-Terre, en Gironde, doit porter plainte car il a reçu des menaces de mort. 

Par AR

France 3 Aquitaine : Pourquoi avoir attendu début mai, alors que le drapeau était en place depuis longtemps, pour demander à son propriétaire de l'enlever ? 

Guy Marty : Je suis assez tolérant. Ce monsieur est arrivé dans la commune il y a deux ans, il a commencé par mettre le drapeau de la Palestine, pendant un mois ou deux. Ensuite, il a mis le drapeau avec une Croix de Lorraine, qu'il avait fabriqué lui-même, mais il l'avait mis à l'envers. Il s'en est aperçu, et a acheté un drapeau assez imposant avec la Croix de Lorraine. Je pensais que c'était pour se faire remarquer, et qu'il allait finir par l'enlever. Mais il ne l'a pas enlevé. 

Dans la commune, on nous a volé deux fois le drapeau de l'Europe sur le monument aux morts. On nous a cassé le drapeau de l'Europe devant la mairie. Et ce drapeau [celui avec la Croix de Lorraine ndlr] continuait à flotter sur le domaine public. Beaucoup de personnes se sont étonnées, et j'ai fini par faire ce courrier en lui demandant de réfléchir à la portée de la fixation du drapeau sur sa façade. 

Que reprochez-vous à ce drapeau ? 

Ce drapeau, c'est celui de la France Libre, avec la Croix de Lorraine. Je n'ai rien contre la Croix de Lorraine, je suis quelqu'un qui a commencé par voter de Gaulle. Mon père était résistant, je n'ai aucune acrimonie contre la Croix de Lorraine, bien au contraire. 

Qu'on appose ce drapeau au moment de l'appel du 18 juin ne m'aurait pas posé de problème ! Ponctuellement, d'accord. Il aurait mis le drapeau bleu-blanc-rouge, cela ne m'aurait pas posé de problèmes. Mais ce drapeau de la France Libre a une connotation, beaucoup de gens me l'ont fait remarquer. Je me suis dit : 'mais si à côté le voisin met un drapeau religieux, ou de nationalité etc., que devrais-je faire ?' Je serais obligé de réagir aussi. 

Quelle est cette connotation politique que vous évoquez ? 

Je cherche partout depuis une semaine, je ne vois pas de colonie allemande sur Sainte-Terre. Donc si ce n'est pas le peuple allemand, c'est peut-être un autre peuple. [ndlr : le drapeau symbolise la France Libre par opposition à l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.] 

Ici, à Sainte-Terre, c'est une commune paisible. Cela fait 27 ans que je suis maire, je me suis toujours efforcé que cela se passe pour le mieux entre toutes les nationalités et toutes les religions. Je ne veux pas que cette quiétude soit perturbée. 

Que comptez-vous faire pour que ce drapeau soit retiré ? 

Quand le monsieur a reçu ma lettre, il a enlevé le drapeau dans la journée. Il l'a mis ensuite chez lui, en guise de rideaux. Je me suis dit : 'c'est chez lui, très bien, pourvu que ça dure !' Mais en fait la machine s'est emballée, car ce monsieur fait partie d'un parti politique avec des réseaux très puissants. Ce que je souhaite, c'est que ce drapeau ne flotte plus sur le domaine public. J'attends la réponse du ministère de l'Intérieur. 

Vous avez personnellement reçu des menaces ? 

Depuis une semaine, nous sommes assaillis de mail et de coups de fils, toujours du même réseau. Certains vont plus loin que d'autres, j'ai eu par exemple des menaces de mort, un mail qui disait : 'le peuple aura ta peau'. C'est grave. La gendarmerie m'attend mardi pour porter plainte. On ne peut pas laisser passer des menaces de mort. 

Je n'aurais jamais pensé que cette affaire prenne de telles dimensions. C'est un sujet sensible, des partis extrémistes choisissent cette affaire pour en faire un affaire d'Etat. 


Interview : "j'ai reçu des menaces de mort" témoigne Guy Marty, maire de Saint-Terre en Gironde
Equipe : LAFORCADE Maria, LITVINE Jean-Michel, DUPUIS Françoise


A lire aussi

Sur le même sujet

Paroles d’anciens : James Drogue, 94 ans et toujours sur son vélo

Les + Lus